Carte blanche à...   
P. Armel Duteil


MEDITATION SUR LE SAINT ESPRIT

2)- Jean 16, 12 à 14L’esprit nous donne l’intelligence.

Dans ce texte, Jésus dit à ses apôtres « L’Esprit vous guidera ». D’abord cela nous montre que nous ne recevons pas l’Esprit de Dieu d’un seul coup, en une seule fois mais peu à peu chaque jour et de plus en plus si nous ouvrons notre cœur et notre esprit à l’Esprit Saint. Il nous guide tout au long de notre vie. Il s’agit de vivre de sa parole de plus en plus, de nous laisser conduire, de nous laisser transformer par Lui comme l’esprit transforme le pain et le vin dans le Corps et le Sang de Jésus Christ au moment de l’Eucharistie. Jésus continue : « Ce que je vous ai dit, Il vous le fera connaître ». Il ne s’agit pas pour cela d’attendre des révélations extraordinaires. Il y a des gens qui, sans arrêt, attendent des rêves, des bénédictions, des miracles, des choses extraordinaires dans la vie, ou qui cherchent à interpréter d’une façon extraordinaire ce qu’ils vivent dans la simplicité de tous les jours. L’Esprit nous fait connaître ce que Jésus a dit. Jésus a parlé pour toujours et l’épître des hébreux nous dit que Dieu a parlé définitivement en son Fils Jésus Christ, nous n’avons pas à attendre de nouvelles paroles, de nouvelles révélations. Jésus nous dit que l’Esprit nous rappellera ce que Lui-même a enseigné. Ce dont il s’agit, c’est donc de relire l’Evangile, d’écouter à nouveau les paroles de Jésus, de les méditer dans notre cœur et de demander à l’Esprit Saint de nous éclairer pour voir ce qu’elles veulent nous dire aujourd’hui. Comme le disait Jésus «Le sage dans le Royaume de Dieu c’est celui qui sait tirer de son trésor de la Parole de Dieu, de l’ancien et du nouveau ». Cela veut dire qu’il nous faut apprendre à écouter le Saint Esprit dans notre cœur, il faut apprendre aussi à lire les signes des temps comme nous l’a demandé le Concile Vatican II. Comme le disait Jésus lui-même : « Quand vous voyez que le ciel est noir, vous savez qu’il va pleuvoir. Quand vous voyez qu’il fait chaud, vous savez qu’il va y avoir un vent de sable. Vous savez lire les signes de la nature, mais vous ne savez pas comprendre ce que Dieu fait dans cette nature, lire les signes des temps ». C’est l’Esprit Saint qui nous fait voir l’invisible. Comme le dit saint Paul pour Abraham. Au-delà des apparences, plus profondément que ce qui se passe dans notre vie personnelle, dans notre quartier ou dans notre société, voir le sens des choses, voir à quoi Dieu nous appelle, et cela dans les choses simples de la vie de chaque jour. Si je vois un étranger qui arrive dans mon quartier, l’Esprit me demande : comment vas-tu l’accueillir. Si je vois quelqu’un qui pleure, l’Esprit me demande dans mon cœur : comment tu peux le consoler. Si j’entends dire que quelqu’un est malade, l’Esprit Saint me demande : est-ce que tu vas aller le voir. Mais pour le faire, cela suppose que justement je sache écouter cette Parole de Dieu dans mon cœur. Saint Paul nous le dit dans l’épître aux Galates, 5, 22 : « Voici ce que produit l’Esprit dans nos cœurs, l’Amour, la Joie, la Paix, la Patience, la Bonté, la Bienveillance, la Foi, l’Humilité, la Maîtrise de soi. Face à tout cela, il n’y a plus de loi qui tienne. Ceux qui sont au Christ-Jésus ont crucifié en eux la sœur avec ses passions et ses tendances. Puisque l’Esprit nous fait vivre, laissons-nous conduire par le Saint Esprit ». Ces paroles sont claires et elles nous permettent de voir clair dans notre vie. Par exemple au sujet des rêves, des gens font des rêves et se demandent qu’est-ce que cela veut dire, ils cherchent à savoir d’où viennent ces rêves. D’abord, il ne faut pas donner trop d’importance aux rêves. Souvent c’est notre esprit qui travaille la nuit à partir de ce que nous avons vécu dans la journée ou à travers des choses qui nous inquiètent ou qui nous touche profondément au fond du cœur (l’inconscient). Comment savoir si ces rêves viennent de Dieu ? Saint Paul vient de nous répondre : si je fais un rêve qui me donne la paix, qui me rend meilleur, qui m’appelle à faire des bonnes choses, qui me pousse à aimer ceux qui m’entourent, ce rêve est un fruit de l’esprit qui vient de Dieu. Si au contraire ce rêve m’enlève la paix, qui me pousse à avoir peur ou à accuser mes frères ou à faire le mal, ce rêve ne vient pas de Dieu, il vient de Satan, je le rejette, je n’en tiens pas compte et je demande à l’Esprit de m’éclairer.

Donc l’Esprit Saint est un esprit d’intelligence. Mais là aussi il s’agit de bien comprendre les choses. Des élèves au moment des examens viennent demander des bénédictions pour que l’Esprit Saint les aide à bien répondre et à avoir leur examen. Ce n’est pas bien sûr de cette intelligence dont il s’agit. Si tu veux réussir ton examen, tu travailles sérieusement et tu te prépares le mieux possible, pas tout seul mais avec les autres. L’intelligence de l’Esprit Saint, c’est ce qui permet de comprendre ce qui se passe dans le monde, de voir à quoi Dieu nous appelle, de savoir quel chemin nous devons suivre. C’est un esprit d’intelligence qui nous rend sage dans toute notre vie et qui nous permet de faire entrer nos frères et sœurs dans la Sagesse de Dieu.

Pour continuer notre méditation, nous pouvons bien sûr penser à tous les chants que nous chantons : l’Esprit de Dieu repose sur moi, ce chant qui reprend les paroles de Jésus à Nazareth. C’est l’Esprit de Dieu qui nous apprend, comme Jésus, à annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, à défendre ceux qui sont écrasés ou qui sont opprimés, relever ceux qui sont écrasés, annoncer une année de grâce de la part du Seigneur. Avec le Saint Esprit nous pouvons faire cela tous ensembles et chacun là où il vit. Nous pouvons revoir les autres chants comme, par exemple, l’Esprit de Dieu, Souffle de vie, Esprit de Pentecôte, Souffle de Dieu, Esprit, Toi qui guide les hommes etc. et également les chants sur l’Esprit Saint dans nos différentes langues.


3)- Galates 4 à 7 – L’Esprit nous rend libres

Ce texte est à prendre à deux niveaux. D’abord Paul nous parle de l’histoire sainte que Dieu mène avec les hommes dans le monde, la première et la deuxième Alliance. Dans la première Alliance, (l’Ancien Testament, les croyants étaient dans l’alliance que Dieu avait scellé avec Moïse, une alliance qui était déjà une alliance d’amour : tu aimeras Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit, de toutes tes forces. Tu aimeras ton prochain comme toi-même, mais qui était basée essentiellement sur la loi et les dix commandements. Jésus est venu nous libérer du poids de la loi et nous faire vivre dans son amour. C’est l’histoire du jeune homme riche que nous connaissons bien. Quand Jésus lui dit : « Si tu veux avoir la Vie Eternelle, tu gardes les commandements de Dieu », cet homme répond : mais je garde ces commandements depuis ma jeunesse, Jésus lui dit : « Si tu veux être parfait, vends ce que tu as, donne-le aux pauvres et suis-moi ». C’est cela la nouvelle Alliance, c’est cela que Paul explique dans ce texte. Il ne s’agit pas seulement de garder les commandements de Dieu. Comme le disent certains chrétiens : je n’ai pas tué, je n’ai pas volé, je suis un bon chrétien. Il s’agit d’aimer, d’aimer Dieu de tout notre cœur comme le disait la première Alliance, mais aussi d’aimer notre prochain comme nous-même et aimer en priorité les pauvres, les petits, ceux qui souffrent, ceux qui sont exploités. Et puis le plus important, la nouvelle Alliance, la vie chrétienne, c’est de suivre Jésus, de vivre avec Lui. C’est cela que l’Esprit Saint nous permet de vivre. Avant de faire quelque chose, nous interrogeons l’Esprit Saint : Esprit de Jésus, montre-moi ce que je dois faire, explique-moi, s’il était là, qu’est-ce qu’Il ferait pour que nous puissions également le faire nous-même. Cette nouvelle Alliance, nous avons à le vivre tous ensembles en l’Eglise, mais nous avons aussi à la vivre personnellement, selon les qualités que Dieu nous a données. La deuxième Alliance, c’est de pouvoir dire à Dieu notre Père ABBA, Papa. En effet il y a encore trop d’hommes, même des chrétiens qui continuent à penser que Dieu est un grand chef, qu’Il est loin de nous, au ciel, ou même pire, qu’Il nous surveille pour voir les mauvaises choses que nous faisons pour nous punir et pour nous envoyer en enfer. Ce n’est pas cela le Dieu de Jésus Christ. Avec Jésus nous pouvons dire à Dieu pas seulement Père mais Papa (Abba), avoir une relation pleine de confiance et d’amour avec Lui, nous qui sommes les petits frères de Jésus et grâce à Jésus les enfants de Dieu, et que nous pouvons prier la seule prière qu’Il nous a enseigné « Notre Père ». Nous respectons les musulmans qui sont autour de nous et qui sont en ce moment en temps de Ramadan nous admirons leur foi en Dieu eux qui disent avec force Dieu est Dieu, il n’y a pas d’autre dieu que Dieu et nous sommes bien d’accords avec eux pour cela. Dans l’islam on nous dit que l’homme est l’esclave de Dieu. Paul nous dit que nous ne sommes plus esclaves, nous sommes les enfants de Dieu lui-même. C’est cela la base de notre foi. Dieu est notre Père, un père miséricordieux et un Père qui nous aime. L’Esprit nous rend libres, il nous libère de la peur pour que nous vivions dans la paix. Il nous demande de prendre nos responsabilités librement, pas parce que nous sommes forcés, pas parce que nous avons peur de l’enfer, du malheur et d’autres punitions. Nous prenons nos responsabilités. Mais dans cette même idée, lettre aux Galates (5, 13), Paul ajoute : « Vous avez été appelé à la liberté mais que cette liberté ne soit pas une raison pour ne penser qu’à vous-même ou pour faire n’importe quoi. Au contraire, mettez-vous par amour au service des uns des autres. Et sous la conduite de l’Esprit Saint………………………(je ne suis pas arrivée à lire le reste parce que ça grince trop).


4)- Jean 20, 19 à 22 – La force, le courage et la paix que l’Esprit nous donne

Ce texte c’est l’Evangile du dimanche de la Pentecôte de cette année. Jésus donne à ses apôtres la paix, Il le redit plusieurs fois, et la joie. Il leur donne le courage, eux qui avaient peur pour sortir dehors et annoncer l’Evangile clairement devant la foule composée d’hommes de toutes langues. L’Esprit Saint nous donne nous aussi la paix, Il nous donne la joie, Il nous donne le courage de faire connaître Jésus autour de nous ……………………… le travail à notre place. L’Esprit Saint ne va pas nous donner le bonheur, la chance, la paix, le travail, l’argent, la santé, un mariage réussi ou d’autres choses sans participation de notre part comme trop souvent nous avons tendance de le demander. L’Esprit agit en nous dans notre cœur, et donc il agit par nous dans ce que nous faisons nous-mêmes. Comme le disait un saint : « prier comme si tout dépendait de Dieu mais agir comme si tout dépendait de nous-mêmes ». C’est ensemble, l’Esprit Saint et nous-mêmes que nous agissons. Comme le disait les apôtres à la fin du premier Concile de Jérusalem : l’Esprit et nous-mêmes avons décidé, ils ont réfléchi ensemble, ils vont agir ensemble dans la force de l’Esprit. Le jour de la Pentecôte, l’Esprit Saint a voulu marquer un grand coup. Il y avait une foule énorme, beaucoup de bruit dans ce pèlerinage pour se faire voir et entendre, l’Esprit est venu sous la forme d’un grand vent et de feu. Mais si nous voulons accueillir l’Esprit, il ne s’agit pas d’attendre à nouveau beaucoup de bruit, une tempête, une chose extraordinaire. L’Esprit de Dieu vient dans la paix, dans le calme et le silence et nous fait vivre dans sa paix. Rappelons-nous l’histoire du prophète Elie dans le premier Livre des Rois : ils allaient à la rencontre de Dieu dans le désert de l’Horeb ; un grand vent arrive et on nous dit, mais Dieu n’était pas dans le vent. Un feu arrive et on nous dit, mais Dieu n’était pas dans le feu. Un ouragan arrive mais Dieu n’était pas dans l’ouragan. Enfin arrive une brise légère et Dieu était dans cette brise. L’Esprit Saint, l’Esprit de Jésus est un esprit de douceur, un esprit de tendresse, un esprit de miséricorde. Si nous voulons accueillir le Saint Esprit, il s’agit de l’accueillir dans la paix et le silence. Et pour cela, chaque jour, prendre au moins cinq minutes, laisser les autres activités, fermer la radio et la télévision et le téléphone portable, arrêter aussi les autres pensées et les autres soucis dans notre tête et écouter et prier. Non pas réciter des prières mais rester en silence devant Dieu. Et à ce moment-là l’Esprit Saint nous parlera dans notre cœur, Il nous donnera de bonnes pensées, Il nous montrera le chemin à suivre. Si nous faisons cela chaque jour, nous serons dans un esprit de prière tout au long de notre journée, nous aurons créé en nous une habitude de silence et d’écoute et nous pourrons alors écouter l’Esprit Saint qui nous parlera dans tout ce que nous faisons, même si nous sommes sur la route à pied ou en car rapide, que nous sommes à l’école ou au bureau, que nous allions au marché ou à une fête nous chercherons en tout lieu et en toutes circonstances, à tous moments à écouter le Saint Esprit dans notre cœur et Il nous parlera. C’est ce que le Père Libermann appelait l’union pratique. Créer en nous un esprit d’écoute et de prières silencieuses pour être unis pratiquement au Saint Esprit tout au long de notre vie. Comme on nous le dit pour Marie, quand elle a présenté son enfant au temple à Jérusalem, on nous dit qu’elle gardait toutes ces paroles de Siméon dans son cœur …………………………………… je dois être dans la maison de mon père, et elle gardait tout cela dans son cœur. Et c’est parce que Marie écoutait ainsi la Parole de Dieu dans son cœur, qu’elle faisait ce que Dieu lui demandait, que l’Esprit est venu sur elle et qu’elle est devenue enceinte du Sauveur. C’est à cela que Dieu nous appelle aujourd’hui.



Page précédente           Accueil site