Les billets    
du P. Armel Duteil

La Résurrection

Qu’est-ce que la résurrection de Jésus nous enseigne ?

1-La résurrection de Jésus nous montre, que Jésus est plus fort que la mort. On l’a tué, mais Il est ressuscité. D’abord, cela nous montre qu’il y a une vie après la mort. Et que la mort n’est pas la fin de tout. Si nous croyons qu’il y a une vie après la mort, nous vivons d’une manière digne, pour vivre avec Jésus ressuscité après notre mort. Pas seulement
Mais la résurrection de Jésus nous montre surtout, que la vie de Dieu est déjà présente dans le monde. Jésus n’a pas attendu la fin du monde, pour revenir. Il est ressuscité au bout de trois jours. Jésus est vraiment vivant, dans le monde aujourd’hui. Jésus nous donne la vraie vie, déjà aujourd’hui. Jésus quand Il ressuscite, Il est rempli de la lumière et de la gloire de Dieu. Il veut que nous aussi, nous soyons remplis de la lumière de Dieu, dès maintenant. Jésus n’est plus comme avant, on ne peut plus le saisir, il n’a plus besoin de manger, Il apparaît d’un seul coup au milieu de ses apôtres. Parce qu’Il vit une vie nouvelle. C’est possible pour nous aussi, de vivre une vie nouvelle. Et de devenir des femmes et des hommes nouveaux, qui vivent dans la lumière de Dieu, dans la joie de l’Evangile, dans la force de l’amour de Jésus, et dans l’espérance du Père. C’est pour cela que, dès que Jésus est mort, des morts sont ressuscités, et ils sont apparus dans la ville de Jérusalem. La vie de Dieu, la vie éternelle est déjà présente dans notre monde.
Si nous sommes des hommes nouveaux, nous construisons une société nouvelle. Comme le dit Saint Pierre dans sa 2ème Lettre (3, 13) « Nous attendons des cieux nouveaux, et une terre nouvelle, où la justice habitera ». Le Seigneur nous appelle à construire une terre nouvelle, en commençant une vie nouvelle.

2-La résurrection de Jésus nous montre que le bien est plus fort que le mal. Les hommes mauvais et méchants ont tué Jésus. Pourtant, Jésus n’avait fait que de bonnes choses. Comme l’a dit le centurion, au moment de la mort de Jésus sur la croix : « vraiment cet homme-là était un juste » (Luc 23,47). Jésus a passé toute sa vie à faire le bien. Il n’a fait aucun mal. Mais les pharisiens ont refusé d’écouter sa Parole. Et de changer leurs idées sur Dieu et la religion. Ils ont rejeté son exemple et son amour, parce qu’ils ne voulaient pas changer de vie. Ils l’ont tué, parce qu’ils étaient jaloux et méchants. Mais Dieu ne peut pas accepter que l’on tue ainsi un juste, qui n’a fait aucun mal. Dieu veut que le bien soit plus fort que le mal. C’est pour cela qu’Il a ressuscité Jésus. Notre vie est difficile, nous souffrons, nous avons de la peine à changer notre société pour bâtir une société nouvelle. Mais nous croyons, que le bien sera plus fort que le mal. Nous sommes sûrs que l’amour sera plus fort que la haine, et que la bonté sera plus forte que la méchanceté. Parce que Jésus, tué par les méchants, a été ressuscité par Dieu son Père. Et Dieu son Père est avec nous.
Jésus ne sauve pas seulement ceux qui sont nés après Lui, Il est descendu aux enfers au séjour des morts. Il a sauvé tous nos ancêtres et tous les hommes qui ont écouté la voix de Dieu dans leur cœur, même sans Le connaître. Nos ancêtres ne sont plus sous la terre, ils sont au ciel auprès de Dieu. C’est pour cela que nous n’avons plus besoin de faire des sacrifices au carrefour des chemins, au bord de la rivière et dans la forêt, pour que nos morts continuent à vivre. Ils sont vivants pour toujours avec Jésus, auprès de Dieu. C’est le sacrifice de Jésus qui les a sauvés. Le seul sacrifice dont ils ont besoin maintenant c’est le sacrifice de la Messe, l’Eucharistie, où nous revivons justement le sacrifice de Jésus.
4-Par sa résurrection, Jésus nous montre qu’Il est vraiment le Fils de Dieu. Il est le Sauveur. Il nous sauve du péché, Il purifie nos cœurs. Mais Il ne nous sauve pas seulement du péché, Il nous sauve de tout mal, et des choses qui ne vont pas dans notre monde. Il vient changer pas notre vie mais le monde entier. Pas seulement la société, mais même l’univers : la création toute entière, tout ce qui nous entoure, la terre, le ciel et l’eau, avec toutes les plantes et les animaux. Dieu veut vraiment un monde nouveau, partout, toujours et dans toutes ses dimensions. C’est pour cela que nous devons protéger notre terre. Et la sauver de la pollution, des fumées de nos usines et de nos voitures qui réchauffent la terre, et de toutes les saletés. La sauver du désert qui avance, de la sécheresse et des feux de brousse. Arrêter de tuer les animaux et les poissons, même les petits qui n’ont pas eu le temps de grandir.
5-Jésus a vaincu Satan, Il est ressuscité. Sa résurrection nous montre qu’Il est plus fort que tous les démons, les diables, les génies, les esprits mauvais, les revenants, les satans de toutes sortes qu’il y a dans le monde. Jésus est plus fort, que tous les hommes qui veulent nous faire du mal. Il est plus fort que les sorciers. C’est pour cela que nous n’avons pas peur. Et que nous vivons dans la confiance, même si les gens sont contre nous. Même les sacrifices, C’est pour cela que nous laissons toutes les affaires de maraboutage, d’accusations, de fétiches, de magie et de sorcellerie.
« Merci Seigneur, de nous ressusciter à une vie nouvelle »
Les anges disent aux femmes : « Pourquoi cherchez-vous parmi les morts, celui qui est vivant ?». Les pharisiens ont préféré Jésus mort que vivant, parce qu’ils ne voulaient pas croire en Lui et changer leur vie. Et nous, sommes-nous prêts à suivre Jésus et à vivre comme Lui ?
Est-ce que souvent les anges ne veulent pas nous poser la même question : Pourquoi au lieu de chercher la vie de Jésus, nous cherchons des choses mortes qui ne peuvent pas nous rendre heureux ni nous faire vivre en vérité, des choses sans importance comme par exemple être le meilleur, le chef ou le premier en classe ou avoir beaucoup d’argent, beaucoup d’habits, une belle voiture, une belle maison. Est-ce que nous amènerons tout cela dans la tombe quand on va nous enterrer.
Nous cherchons Jésus parmi les morts quand nous pensons seulement à nous au lieu de penser aux autres car la vie, c’est quand on est ensemble, quand nous cherchons à profiter des autres au lieu de les aimer, de les aider et de les faire grandir, nous choisissons la mort, surtout quand nous abaissons nos frères et que nous les faisons souffrir. Jésus nous dit : « Tout ce que tu fais au plus petit des hommes qui sont mes frères, c’est à Moi que tu le fais » (Matthieu 25, 40).
C’est vrai que l’argent peut nous donner du plaisir, et d’être admiré. Il nous donne de la joie. Mais est-ce que cela peut nous donner la vraie joie de Dieu et le bonheur du Saint Esprit, est-ce que cela peut nous faire vivre avec Jésus, pas pour un jour mais pour toute notre vie !
Ce n’est pas facile de croire que Jésus est ressuscité. Rappelons-nous l’histoire de Thomas et aussi les disciples d’Emmaüs et Pierre et Jean qui ne veulent pas croire ce que disent les femmes. Il y a des moments où nous doutons, nous avons de la peine à croire, nous ne reconnaissons pas Jésus comme Marie Madeleine. Mais si nous continuons à prier et à faire le bien, nous grandirons dans la foi malgré toutes les difficultés. Simplement, il nous faut chercher Jésus là où est la vraie Vie, pas dans les choses mortes ou quand nous sommes tristes et que nous restons sans rien faire, quand nous sommes découragés et que nous ne faisons plus aucun effort. Aussi quand Dieu ne nous donne pas ce que nous demandons dans la prière et que nous continuons à faire de mauvaises choses. Il nous faut chercher à changer. Dans tout cela nous cherchons la mort et non pas la vie. Nous cherchons un Jésus mort, enfermé dans son tombeau, au lieu de le chercher dans le monde autour de nous, là où Il est ressuscité. Pour être rempli avec Lui de la Lumière de Dieu.
Joyeuse Résurrection à vous tous, à toute votre famille, à tous ceux que vous aimez, à tous ceux que le Seigneur met sur votre route. Pour continuer notre méditation :
Jésus est vraiment ressuscité. Il est vraiment le Fils de Dieu, Il est plus fort que la mort. Il a vaincu la mort, Il nous a gagnés la vie. Nous pourrons non seulement vivre après notre mort auprès de Dieu dans la lumière, la joie, la paix et le bonheur total mais nous pouvons vivre dès aujourd’hui une vie nouvelle dans le Saint Esprit avec Lui Jésus ressuscité.
Il est ressuscité, Il est plus fort que tous les esprits mauvais, que les génies, que toutes les forces du mal. Nous n’avons plus peur des sorciers, des hommes de la nuit, de tous ceux qui veulent nous maudire, nous envoyer le malheur. Jésus les a vaincus. Si nous sommes avec Jésus, ils ne pourront rien nous faire.
Jésus ressuscité est aussi plus fort que le mal. Avec Jésus, nous pouvons lutter contre tout le mal qui est dans notre société. Pas seulement contre le péché, mais aussi contre la pauvreté, contre le chômage, contre la maladie, contre la faim, et aussi contre le manque de respect, le manque de dignité, la honte, l’humiliation. Jésus a vaincu tout cela. Il veut enlever tout cela aujourd’hui dans notre monde. Est-ce que nous sommes prêts à travailler avec Lui ? Engagement partout
Deuxièmement : Nous connaissons les noms de ces femmes qui ont été au tombeau. Jésus nous connait tous personnellement, chacun par notre nom. Il nous aime d’une façon personnelle. A nous de répondre personnellement à son amour, savoir comment nous allons le servir de tout notre cœur, avec les qualités, les moyens que Dieu nous a donné, là où nous vivons, avec les problèmes que nous rencontrons.
Les apôtres ne croient pas ce que disent les femmes. Jusqu’à maintenant, beaucoup d’hommes ne respectent pas les femmes. Ils ne les croient pas, ils les abaissent. Si nous ne pouvons pas croire en Jésus, si nous ne donnons pas leur vraie place aux femmes dans nos CEB, dans notre église, mais aussi dans notre quartier et dans notre société, nous ne pouvons pas prier Marie en vérité, et réciter le chapelet, si nous ne travaillons pas en même temps pour rendre leur dignité aux femmes, pour les aider à être responsables, pour les aider à prendre leur place, à être libres, à faire tout ce qu’elles sont capables de faire, avec la grâce de Dieu. Nous avons encore beaucoup de choses à faire pour cela. Dans notre société mais aussi dans notre Eglise.
Enfin, il y a Pierre. Pierre est très étonné de ce qu’il voit. Et en fait il n’a pas vu Jésus, il ne comprend pas. C’est cela notre vie chrétienne. Nous sommes comme Pierre, nous non plus, nous ne pourrons pas voir Jésus. Mais malgré tout nous croyons, Il est vraiment ressuscité. Nous avons confiance en Lui, nous voulons Le suivre, nous croyons qu’Il peut vraiment nous sauver. Il est vraiment le Fils de Dieu et nous n’avons pas à chercher un autre sauveur en dehors de Lui. Et Lui seul peut nous donner la vie qui ne finit pas.

Joyeuses fêtes de Pâques à toi, à ta famille, ta communauté, et tous ceux que tu aimes. Que la lumière de Pâques éclaire notre vie et nous aide à réaliser nos rêves. Pour une vie nouvelle, et un monde nouveau à construire ensemble, dans la lumière du Christ Ressuscité".
 J'ai une pensée amicale pour chacune et chacun de vous, avec qui nous partageons joies, soucis et peines. Je vous souhaite des Fêtes de Pâques aussi sereines et paisibles que possible
Que ceux d'entre vous qui sont dans les épreuves puissent trouver courage, paix, réconfort et espérance.
Avec toute mon amitié et ma prière fraternelle


Jour de Pâques : 16-4-17 (Jn 20,1-9) Nous voulons vivre en ressuscités

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts

1)Que nous dit cet Evangile ? 16-4-17 (Jn 20,1-9) Nous voulons vivre en ressuscités

Marie Madeleine aime Jésus : il fait encore nuit, elle court au tombeau. Avons-nous le même amour pour Jésus ? Donnons-nous aux femmes leur place dans l’Eglise et dans la société, comme Jésus l’a fait? Marie Madeleine aime l’Eglise et ses responsables. Elle va voir aussitôt Pierre et celui que Jésus aimait. Avons-nous le même amour pour l’Eglise et ses responsables ? On ne peut pas être chrétien tout seul.

Jean n’entre pas dans le tombeau. Il laisse d’abord Pierre entrer, le 1° pape. Sommes prêts à respecter et écouter notre pape ? Ils n’avaient pas encore compris la parole de Dieu. Et nous, les avons-nous comprises ? Sont-elles la base de notre vie ?

2) Que veut dire la Rèsurrection de Jésus pour nous ?

Les bandes de tissu dans lesquelles on avait enveloppé Jésus sont par terre : Jésus n’est plus dans le tombeau. Il a vaincu la mort. Il est le Fils de Dieu, notre Sauveur

Jésus est vraiment ressuscité. La vie est plus forte que la mort. Avec Jésus, nous pouvons vivre une vie nouvelle. Pas après notre mort : dès aujourd’hui. Pas pour Lui

Les hommes méchants ont tué Jésus. Mais Dieu l’a ressuscité. Le bien est plus fort que le mal. L’amour est plus fort que la méchanceté. Avec Jésus, nous pouvons vaincre le mal qu’il y a dans le monde. Nous pouvons faire le bien. Paix

Jésus est vraiment le Fils de Dieu. Il est plus fort que tous les génies et les esprits mauvais. Et aussi les sorciers. Nous laissons la peur. Jésus ressuscité est notre force et notre espérance. Nous refusons toutes les affaires de sorcellerie et de maraboutage
Qu’est-ce que la résurrection de Jésus nous montre ?

La résurrection de Jésus nous montre que Jésus est plus fort que la mort. On l’a tué, mais Il est ressuscité. Cela nous montre qu’il y a une vie après la mort, et que la mort n’est pas la fin de tout. Et si nous croyons qu’il y a une vie après la mort, nous devons vivre d’une manière digne, pour pouvoir continuer à vivre après notre mort. Mais la résurrection, c’est le signe que la vie est déjà présente dans le monde. Jésus n’a pas attendu la fin du monde pour revenir. Il est ressuscité au bout de trois jours. Jésus est vraiment vivant dans le monde aujourd’hui. Jésus ne nous donne pas une vie après la mort, Il nous donne une vie, la vraie vie aujourd’hui. Jésus quand Il ressuscite, Il est rempli de la lumière et de la gloire de Dieu. Il veut que nous aussi, nous soyons remplis de la lumière de Dieu, dès aujourd’hui. Jésus n’est plus comme avant, on ne peut plus le saisir, il n’a plus besoin de manger, Il apparaît soudain au milieu de ses apôtres, parce qu’Il vit une vie nouvelle. Ces fêtes de Pâques, c’est la possibilité pour nous aussi, de vivre une vie nouvelle. Pas seulement de devenir des femmes et des hommes nouveaux, qui vivent dans la lumière de Dieu, dans la joie de l’Evangile, dans la force de l’amour de Jésus, et dans l’espérance du Père. Mais des hommes nouveaux, qui construisent une société nouvelle. Comme le dit Saint Pierre dans sa 2ème Lettre (3, 13) « Nous attendons des cieux nouveaux, et une terre nouvelle, où la justice habitera ». Le Seigneur nous appelle à construire une terre nouvelle, en commençant une vie nouvelle. C’est pour cela que dès que Jésus est mort, des morts sont déjà ressuscités, et apparus dans la ville de Jérusalem. La vie de Dieu, la vie éternelle est déjà présente dans notre monde.


La résurrection de Jésus nous montre que le bien est plus fort que le mal. Les hommes mauvais et méchants ont tué Jésus. Pourtant, Jésus n’avait fait que de bonnes choses. Comme l’a dit le centurion, au moment de la mort de Jésus sur la croix : « vraiment cet homme-là était un juste » (Luc 23,47). Jésus a passé toute sa vie à faire le bien. Il n’a fait aucun mal. Mais les hommes ont refusé d’écouter sa Parole, et de changer leurs idées sur Dieu et la religion. Ils ont rejeté son exemple et son amour, parce qu’ils ne voulaient pas changer de vie. Ils l’ont tué, parce qu’ils étaient jaloux et méchants. Mais Dieu ne peut pas accepter que l’on tue ainsi un juste, qui n’a fait aucun mal. Dieu veut que le bien soit plus fort que le mal. C’est pour cela qu’Il a ressuscité Jésus. Même si notre vie est difficile, même si nous souffrons, même si nous avons de la peine à changer notre société pour bâtir une société nouvelle, nous croyons et nous sommes sûrs, que le bien sera plus fort que le mal, que l’amour sera plus fort que la haine, que la bonté sera plus forte que la méchanceté. Parce que Jésus, tué par les méchants, a été ressuscité par Dieu son Père. Et Dieu son Père est avec nous.

Par sa résurrection, Jésus nous montre qu’Il est vraiment le Fils de Dieu. Il est le Sauveur. Il nous sauve du péché, Il purifie nos cœurs. Mais Il ne nous sauve pas seulement du péché, Il nous sauve de tout mal, et des choses qui ne vont pas dans notre monde. Il vient changer notre vie et le monde entier. Pas seulement la société mais même l’univers, la création toute entière, tout ce qui nous entoure : la terre, le ciel et l’eau, avec toutes les plantes et les animaux. Dieu veut vraiment un monde nouveau, partout, toujours et dans toutes ses dimensions. Jésus est descendu aux enfers, au séjour des morts, Il a vaincu Satan, Il est ressuscité. Sa résurrection nous montre qu’Il est plus fort que tous les démons, les diables, les génies, les esprits mauvais, les Satans de toutes sortes qu’il y a dans le monde. Jésus est plus fort que tous ceux qui veulent nous faire du mal, plus fort que les sorciers. C’est pour cela que nous n’avons pas peur. Et que nous vivons dans la confiance, même si les gens sont contre nous. C’est pour cela que nous laissons toutes les affaires de maraboutage, d’accusations, de fétiches, de magie et de sorcellerie.


Vivre dans la foi Nous ne l’avons pas vu, mais nous croyons en Lui dans notre cœur. Si nous croyons que Jésus est vraiment ressuscité, à ce moment-là, nous devons vraiment vivre comme Lui dans la foi.
Qu’est-ce que la foi ? Ce n’est pas seulement une question d’idée, de connaître les vérités éternelles, de lire l’Evangile. Bien sûr c’est important. Mais nous ne croyons pas en quelque chose, nous ne croyons pas en des théories, des grandes idées ou des idéologies, parti nous croyons en Quelqu’un, que nous aimons parce qu’Il nous a aimés en premier, et qu’Il nous sauve. Décidons pas forcé
La foi ce n’est donc pas d’abord une question d’idées, c’est une question d’amour. Si nous croyons en Jésus, d’abord nous l’aimons. Nous cherchons à l’aimer le plus possible. Nous cherchons à le connaître le mieux possible. Nous vivons toute notre vie avec Lui. Nous lui offrons tout ce que nous faisons, nous le prions avant d’agir, nous Lui demandons dans notre cœur ce que nous devons faire, et nous Lui disons que nous l’aimons chaque jour de notre vie.
Quand on aime quelqu’un, on cherche à être toujours avec Lui. Nous pensons sans cesse à Jésus, nous le prions. Partout Nous Lui donnons du temps pour être avec Lui, personnellement, dans le secret de notre cœur. Et aussi en communauté, dans nos CEB, nos groupes et nos mouvements, tous ensemble à la messe et dans les autres rencontres de la paroisse.
Quand on aime quelqu’un, on le fait connaître aux autres. Un fiancé est heureux de présenter sa fiancée, à sa famille et à ses amis. Si vraiment nous aimons Jésus, nous sommes heureux de le présenter aux autres. C’est cela l’évangélisation. Ce n’est pas chercher à imposer nos idées. Ce n’est pas chercher à faire de la propagande pour Jésus, ou de la publicité pour l’Eglise. C’est simplement partager avec ceux qui nous entourent, la joie de connaître Jésus. Pas pour les obliger à se convertir, et à nous suivre obligatoirement. Mais pour être heureux comme nous, pour entrer dans l’amour de Dieu comme nous, quelle que soit leur religion.
Quand tu aimes quelqu’un, tu cherches à agir comme lui. Nous pensons à tout ce que Jésus a fait, et nous essayons d’aimer nos frères et nos sœurs comme Lui : de les aider, de les relever, de les défendre, de les respecter, de les soutenir, de les responsabiliser, de les accueillir, comme Jésus l’a fait. Pour faire vivre Jésus ; aujourd’hui Saint Jacques nous dit : « Tu dis que tu as la foi, montre-moi ta foi par tes actions » (Jacques 2, 18).


Lundi de Pâques : 17-4-17 (Matthieu 28, 8-15) Vivre dans la vérité et l’honnêteté, avec Jésus ressuscité.


Vite, les femmes quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.” Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.

1)Jésus est vraiment ressuscité. Il vient à notre rencontre. Il nous rejoint dans notre vie. Il est à côté de nous, dans tout ce que nous faisons.
Comme les femmes, nous sommes à la fois remplis de crainte, et nous avons une grande joie. Une grande joie parce que Jésus est ressuscité, et qu’Il nous sauve dans toute notre vie. Il nous remplit de sa lumière. Il nous permet de vivre d’une vie nouvelle.
En même temps nous sommes dans la crainte, d’abord à cause de notre faiblesse. Parce que nous savons que nous sommes pécheurs Mais aussi parce que notre vie est difficile. Et que nous ne connaissons pas l’avenir.
Jésus nous dit à nous aussi « N’ayez pas peur ». Jésus est à la fois notre force et notre espérance. Il nous donne sa paix.
Comme les femmes, nous prenons le temps d’adorer Jésus en silence.
Jésus nous envoie vers nos frères annoncer, qu’Il est vraiment ressuscité. Pourquoi Jésus demande-t-il à ses apôtres d’aller en Galilée, la terre des païens ? C’est parce qu’Il n’est pas venu sauver seulement les juifs, ou les chrétiens, mais tous les hommes.

2) Les chefs des prêtres donnent de l’argent aux soldats, pour mentir. Et dire que les disciples sont venus enlever le corps de Jésus, dans la nuit. Et les soldats acceptent l’argent ! Jusqu’à aujourd’hui, il y a des gens qui veulent tromper leurs frères, pour leur propre intérêt économique, politique ou autre. En oubliant Dieu, et de vivre dans sa vérité. Jusqu’à aujourd’hui, des gens acceptent de l’argent pour mentir, et la corruption se répand partout. Elle pourrit notre pays, avec toutes ses conséquences : la drogue, la prostitution, l’exploitation des pauvres, des enfants et des femmes. Comment vivre dans la vérité et l’honnêteté ? Comment lutter contre le mensonge et la corruption qui nous entourent ? Quelle est l’utilisation de l’argent dans notre Eglise ? Et d’où vient-il ?
« Seigneur, merci ! Tu es notre force, notre paix et notre espérance »

Mardi de Pâques : 18-4-17 (Jean 20, 11-18) « Pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? «

Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau. Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus. Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. » Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. » Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître. Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.

Regardons Jésus : Jésus nous dit, comme à Marie Madeleine : « Pourquoi pleures-tu ?». Souvent, nous souffrons, et nous vivons mal. Jésus est venu pour nous consoler, et nous encourager.

Il nous demande aussi « Qui cherches-tu ? ». Est-ce que nous cherchons vraiment Jésus ? Est-ce Lui notre premier souci ? Ou bien, cherchons-nous surtout à avoir une bonne place, ou plus d’argent. Même si pour cela, nous devons oublier le chemin de Dieu, ou écraser nos frères ?

Jésus dit « Marie ! ». Jésus nous connaît chacun par notre nom. Il nous aime personnellement. Nous aussi, Il nous appelle par notre nom. Vivons avec Lui

Jésus nous dit « Je monte vers mon Père, qui est aussi votre Père ». Jésus est vraiment le Fils du Père, notre sauveur. Il nous donne la vie même de Dieu : une vie plus forte que la mort.

Jésus nous conduit vers Dieu, qui est vraiment notre Père. Il nous fait entrer dans la vie éternelle. Pas après notre mort, mais déjà aujourd’hui. Pour changer complètement. Et vivre une vie nouvelle dans la joie. Ou au moins dans le courage, la paix et l’espérance.

Jésus nous envoie comme Marie Madeleine, annoncer sa résurrection aux apôtres. Le faisons-nous ? Pas seulement par nos paroles, mais par le témoignage de nos bonnes actions. Comme Marie Madeleine qui a aimé et servi Jésus, dans toute sa vie.

Marie dit aux apôtres : « J’ai vu le Seigneur ». La vie chrétienne, c’est d’abord voir le Seigneur, et ce qu’Il fait dans notre vie, dans nos frères, dans notre société, et dans la vie du monde. Lui dire merci. Et trava iller avec Lui.

Regardons Marie Madeleine : Elle cherche Jésus. Elle est toute triste qu’on l’ait tué. Est-ce que nous-mêmes nous cherchons Jésus ?
Marie Madeleine ne reconnaît pas Jésus. Souvent nous aussi nous ne savons pas reconnaître Jésus dans nos frères, et dans la vie de notre société.
C’est quand Jésus appelle Marie par son nom, qu’elle Le reconnaît. C’est important d’appeler nos frères et nos sœurs par leur nom, et de vivre en amitié avec tous. Comme Marie nous appelons aussi Jésus part son nom, avec amour : Rabbouni, dans notre langue
Est-ce que, comme elle, nous pouvons dire en vérité « J’ai vu le Seigneur » ?
Jésus dit à Marie « Ne me retiens pas ». Est-ce que parfois nous ne cherchons pas à garder Jésus pour nous-mêmes, alors que Jésus nous envoie vers nos frères et nos sœurs ? Est-ce que nous ne gardons pas Jésus enfermé dans notre paroisse ou nos différents groupes, au lieu de l’apporter à tous les hommes, dans la société, en particulier à ceux qui ne sont pas chrétiens.

Jésus n’est pas dans le tombeau, mais dans le jardin : Jésus est présent dans toute notre vie. Il agit dans le monde entier.
On ne saisit pas Jésus : C’est nous qui nous mettons à son service, et qui acceptons sa volonté
Aller en Galilée, et non pas rester à Jérusalem : cela veut dire aller annoncer l’Evangile à tous. » Aller à la périphérie », pour rejoindre ceux qui sont chassés de la société, et écrasés, les plus pauvres. Comme nous le demande sans cesse le pape François.

Mercredi de Pâques : 19-4-17 (Luc 24, 12-35) 


Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé. Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »

Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait. Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.

Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

« Jésus ressuscité, apprends-nous à rejoindre nos frères dans leur vie, et à marcher avec eux. »



Qu’est-ce que cet Evangile nous montre sur Jésus ?
Jésus est remonté vers le Père, mais il ne nous abandonne pas. Il nous rejoint dans notre vie, comme Il a rejoint les disciples d’Emmaüs sur la route. Il vient partager nos soucis et nos problèmes. Il nous encourage.
Avant de parler des prophètes et de sa résurrection, Jésus commence par écouter les disciples. Il veut partager vraiment leur découragement et leurs souffrances.
Ensuite Jésus leur explique la Parole de Dieu.
Puis il accepte leur hospitalité, et leur amitié. Il s’arrête chez eux, et partage leur repas.
Et seulement alors, Il célèbre l’Eucharistie avec eux. Il leur redonne force et courage. Il éclaire toute leur vie.
A ce moment-là, les 2 disciples deviennent capables d’aller annoncer que Jésus est ressuscité.
Et qu’Il est vraiment avec nous, pour toujours.

A quoi cet Evangile nous appelle-t-il ?
Jésus nous montre comment annoncer la Bonne Nouvelle de l’Evangile aux autres. D’abord, les rejoindre dans leur vie, marcher avec eux. Puis partager leurs soucis et leurs questions. Devenir amis. C’est seulement quand nous aurons fait cela, que nous pourrons leur annoncer la Parole de Dieu. Et les conduire jusqu’à la rencontre de Jésus, dans l’Eucharistie. Ensuite, partager la Parole de DIEU avec tous.
Mais pour cela, il nous fait d’abord connaître personnellement Jésus, l’aimer et vivre nous-mêmes avec Lui.

Quand les 2 disciples ont reconnu Jésus, ils ne le gardent pas leur joie pour eux. Ils retournent à Jérusalem vers les apôtres, pour partager leur joie de la résurrection. L’Evangile est une Bonne Nouvelle qui nous rend joyeux. Et qui nous aide à apporter le bonheur de la résurrection de Jésus aux autres.

Les 2 disciples vont tout de suite rejoindre les autres apôtres. C’est en communauté que nous vivons notre foi. Et cette foi nous cherchons à la partager dans la joie, avec tous ceux qui nous entourent. Pour qu’ils la vivent dans leur propre foi ou selon leur conscience. Même s’ils ne deviennent pas chrétiens. Est-ce que souvent nous ne sommes pas lents à croire, et timides pour annoncer la Bonne Nouvelle de l’Evangile ?

« Seigneur, merci de marcher avec nous, dans toute notre vie »


Jeudi de Pâques : 20-4-17 ( Luc 24, 35-48) « Pourquoi avez-vous ces doutes ? La paix soit avec vous ».


À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore, lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins.

Revoyons les différentes paroles de Jésus :
-Jésus dit : « Pourquoi êtes-vous troublés ? ». Les apôtres pensaient que Jésus était un fantôme. Est-ce que jusqu’à maintenant, nous n’avons pas peur des fantômes et des mauvais esprits ? Est-ce que nous sommes libérés de la sorcellerie, de la magie, de la malédiction et de toutes les croyances anciennes qui nous font peur ? Ce n’est pas facile de vivre dans la confiance. Et croire vraiment que Jésus vient nous libérer. Jésus est notre espérance et notre sécurité.

-Jésus nous demande encore « Pourquoi avez-vous ces doutes ?». Comment augmenter notre foi ? En sachant bien, que la foi n’empêche pas les questions, ni même les doutes. Et qu’elle ne nous apporte pas une solution toute faite à nos problèmes.

-Jésus nous dit « La paix soit avec vous ». Comment recevoir cette paix du Christ ? Comment apporter la paix de Jésus à ceux qui nous entourent, et à notre société toute entière ? Jésus est notre paix. Mais Il ne nous donne pas la paix comme le monde la donne. Nous cherchons la vraie paix de Jésus Christ.

-Jésus montre ses mains et ses pieds, qui ont été percés par des clous. Il leur explique que le Sauveur devait souffrir et mourir, pour revenir à la vie. Jésus nous a aimé jusqu’à la mort. Nous lui rendons grâce pour son amour. Et nous, savons-nous vivre nos souffrances avec le Christ, dans la foi et avec courage ? Que faisons-nous pour cela ? Est-ce que nous faisons de nos maladies et de nos souffrances, une occasion de ressusciter à une vie nouvelle ?
Jésus dit : « Touchez-moi ». Il ne s’agit pas de regarder Jésus de loin, mais de Le toucher, d’être en contact avec Lui. Et profondément uni à Lui, dans tout ce que nous faisons. D’ailleurs dans la communion, non seulement nous touchons Jésus, mais nous le recevons en nous-mêmes dans notre propre corps. Nous voulons faire le travail de Jésus, avec nos mains. Nous voulons aller apporter l’amour de Dieu à nos frères, avec nos pieds. Et d’abord les aimer, avec notre cœur. Et avoir les pensées de Jésus, dans notre tête.
Mais nous devons savoir que ce sera difficile. Souvent nous aurons les mains et les pieds blessés, comme ceux de Jésus. Comme Il l’explique « Il fallait que le Messie souffre, pour être ramené de la mort à la vie le troisième jour » (n° 26).
Jésus ajoute : « Avez-vous quelque chose à manger ? ». Jésus a mangé avec ses apôtres. Il aimait manger avec les gens. Même les pécheurs, les publicains et les prostituées. Il nous invite aussi à ses repas, dans l’Eucharistie. Dans cet Evangile, les apôtres sont réunis avec leurs amis (n° 33). C’est cela la vie chrétienne : être unis et manger ensemble. Et aussi travailler, pour que tout le monde ait de quoi mange,r avec leurs femmes et leurs enfants. Comme quand Jésus a multiplié les pains.
-Jésus nous rappelle notre devoir : « annoncer le nom de Jésus à toutes les nations ». Apporter la joie dans leur vie, et les aider à changer de vie, pour recevoir le pardon des péchés » (47). Le pardon et l’amour de Dieu. C’est cela le plus important. Nous l’oublions souvent.

-Pour cela, « Jésus ouvre leur intelligence, pour qu’ils comprennent la Parole de Dieu » (n° 45), parce qu’ils n’avaient pas compris. Nous aussi, nous avons parfois de la peine à comprendre. Malgré le catéchisme, et toutes les homélies que nous avons entendues ! Il s’agit d’abord de rencontrer Jésus, pour pouvoir vivre comme Lui. Et ensuite l’annoncer, plus par notre vie, que par nos simples paroles.
Comment cela va-t-il se faire ? C’est en ouvrant notre intelligence, mais aussi notre cœur à la Parole de Dieu. C’est cette Parole qui nous fait connaître Jésus, et le chemin qui conduit à Lui. C’est cette Parole qui peut aussi éclairer nos frères.
-Jésus leur rappelle tout ce qui est écrit dans la loi de Moïse (44). Nos amis musulmans connaissent eux aussi Moïse : c’est un de leur prophète. La Parole de Dieu est pour tous. C’est bien pour cela que Jésus dit que son Nom doit être annoncé, à toutes les nations (48) et pas seulement aux chrétiens.

Jésus nous dit « Vous êtes les témoins de cela ». Il ne suffit pas de parler, il faut témoigner de l’Evangile et de l’amour de Dieu, par notre exemple et par toute notre vie. «Seigneur, nous voulons vivre comme toi en ressuscités ! »

« Seigneur, merci pour la paix que tu nous donnes »

Vendredi de Pâques : 21-4-17 (Jean 21, 1-14) : Jésus apparaît à 7 apôtres à la pêche.


Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment. Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien. Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau. Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres. Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. » Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.

Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson. C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.

«  Jésus, viens nous rejoindre dans notre travail, et toute notre vie « 

Jésus vient rejoindre les apôtres dans leur travail à la pêche. C’est dans notre travail, notre vie de quartier, et d’abord notre vie de famille, que nous vivons notre foi et l’amour du Christ. Un chrétien c’est un travailleur. Comme Jésus, comme Joseph et Marie, comme Paul, les apôtres et tous les saints.
Les disciples pêchent ensemble, à sept. C’est ensemble que nous vivons notre foi.
C’est dans nos activités humaines que nous vivons l’amour du Christ.
Sans Jésus, les apôtres ne pêchent rien. C’est vrai pour notre vie de foi. Si nous ne vivons pas notre vie avec Jésus, nous faisons seulement des pratiques religieuses. Cela ne donnera pas de fruits, ni pour nous-mêmes, ni pour les autres. Quelles que soient nos difficultés, nous gardons confiance en Lui

Jésus a préparé du feu pour griller le poisson. Il est plein d’amour pour nous. Il nous aide dans notre vie de tous les jours et dans nos difficultés. Il nous dit encore aujourd’hui « Venez manger ». Et nous lui disons merci de tout notre cœur. Il nous dit chaque dimanche : venez manger. Pas de la nourriture ordinaire, mais son propre corps qui nous remplit de son amour et nous unit totalement à Lui.


Jésus avait déjà du poisson, mais il demande la participation des apôtres : leurs poissons
Le poisson, c’était le signe des 1° chrétiens (Ictus en grec). Comme Pierre, Jésus fait de chacun d’entre nous un pêcheur d’hommes. 153 : c’est le nombre de peuples que l’on connaissait à cette époque. C’est le signe que Dieu est venu sauver tous les peuples. « Seigneur Jésus, merci d’être avec nous, toujours et partout »


Samedi de Pâques : 22-4-17 (Marc 16,9-15) : Jésus apparaît à Marie Madeleine, puis aux apôtres


Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, Jésus apparut d’abord à Marie Madeleine, de laquelle il avait expulsé sept démons. Celle-ci partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s’affligeaient et pleuraient. Quand ils entendirent que Jésus était vivant et qu’elle l’avait vu, ils refusèrent de croire. Après cela, il se manifesta sous un autre aspect à deux d’entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne. Ceux-ci revinrent l’annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus. Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient à table : il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient contemplé ressuscité. Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création.
Jésus vient nous libérer. Il est avec nous à chaque fois que nous sommes ensemble.

Il apparaît d’abord à Marie Madeleine, qu’Il a libérée de sept esprits mauvais. Jésus vient nous libérer nous aussi. Il est plus fort que les esprits mauvais, et que tout mal. Est-ce que nous allons nous laisser libérer par Jésus, comme Marie Madeleine, pour aller annoncer l’Evangile ?
Savons-nous donner leur place aux femmes dans l’Eglise et la société ? Que faire contre les violence faites aux femmes et aux jeunes filles, contre les souffrances et les interdits que l’on fait supporter aux veuves, contre l’exploitation des employées de maison (les petites bonnes), pour que les garçons ne se fassent pas servir par leurs sœurs.

Jésus rejoint les disciples d’Emmaüs (voir l’Evangile de mercredi). Il marche avec nous dans toute notre vie. Il nous donne la force et l’espérance
Jésus apparaît aux disciples réunis, pendant qu’ils mangent ensemble. Jésus est avec nous à chaque fois que nous sommes ensemble. C’est important de manger ensemble et de partager
Jésus leur reproche leur manque de foi. Est-ce qu’Il ne pourrait pas nous faire les mêmes reproches aujourd’hui ? Souvent notre cœur est trop dur ! Nous demandons à Jésus la force du pardon et la confiance

Il ne suffit pas de rester chrétien entre nous, il s’agit d’aller annoncer la Bonne Nouvelle de l’Evangile à tous les hommes. Nous sommes dans la Joie de la Résurrection. Nous allons annoncer une Bonne Nouvelle, une Parole de Joie et qui libère. Pas seulement une morale ou des commandements. Et surtout pas des menaces de punitions.

Annoncer la Bonne Nouvelle, à toute la création : la respecter et la protéger, comme nous l’a demandé notre pape François dans sa lettre sur l’écologie et le respect de la Création « Lo é sois-tu »

Jésus fait confiance aux apôtres malgré tout. Et nous, faisons-nous confiance à nos frères et à nos sœurs ? Comment faire grandir la confiance dans notre société ?

« Seigneur, merci d’être présent à tous les hommes, et toutes les femmes »



Page précédente           Accueil site