Congrégation du Saint-Esprit en France
spiritains

 


Homélie prononcée par P. Emmanuel Meaudre

Paris, la chapelle de la Maison-Mère, le 7 octobre 2018

« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

Fonder un foyer, vivre l’aventure d’un couple et d’une famille, c’est assumer la richesse des échanges entre époux et entre parents et enfants.
Mais c’est aussi se confronter aux différences que porte chacun. En cela, fonder un foyer peut sembler un défi impossible à relever.
La sagesse populaire nous dit : « Le bien ne fait pas de bruit ». Combien de foyers vivent cette aventure du mariage dans la simplicité, l’ouverture à l’autre, dans la foi et dans la durée !

Alors aujourd’hui il est bon d’entendre ce message Jésus qui nous ramène aux fondamentaux de la vie conjugale.
Remarquez que Jésus ne se lance pas dans le débat où veulent l’entraîner ses interlocuteurs, il rappelle seulement le récit de la Genèse et ces quelques lignes qui sont comme un souffle puissant pour donner une orientation à la vie d’un foyer.
« Au commencement de la création, Dieu les fit homme et femme. A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux deviendront une seule chair. » Ces quelques phrases évoque la complémentarité entre homme et femme, jusqu’à l’union intime des époux et leur communion.

Une union qui sera féconde dans bien des cas, alors mari et femme deviendront père et mère avec toutes les joies, les responsabilités et parfois les angoisses de ce statut.
Chaque couple ou chaque famille devra aussi faire face à des conflits et gérer des différences ou des déconvenues, parfois des déceptions… pour aller de l’avant. C’est alors que le pardon et la réconciliation prennent toute leur valeur, même s’il reste toujours difficile pour chacun de nous de pardonner ou de demander pardon.

Chaque foyer peut devenir comme une « Eglise domestique ». D’où l’expression du Pape François dans Amoris Laetitia : « L’Église est une famille de familles, constamment enrichie par la vie de toutes les Églises domestiques. »

Mais il arrive aussi que le foyer éclate et qu’il y a séparation ou divorce, souvent avec un lot important de souffrances pour chacun des partenaires et pour chacun de leurs enfants.
Ainsi dans nos prières pour les familles, nous ne pouvons pas oublier les douleurs d’une séparation ou d’un échec dans le projet de fonder un foyer. Il nous reste encore du chemin à faire pour porter un regard nouveau sur ces situations et tous ceux et celles qui sont touchés par elles…

L’Evangile de ce jour se termine sur l’accueil des enfants. Là aussi nous avons des conversions à faire : savoir porter un regard plein d’espérance sur l’avenir de chaque enfant que nous rencontrons.
Un apostolat auprès des enfants nous révèle souvent comment les enfants posent de bonnes questions qui parfois nous déstabilisent. Nous les découvrons aussi capables d’initiatives et de solidarités avec les autres qui, parfois, dépassent nos représentations. Durant cette célébration, rendons grâce à Dieu pour le don de l’amour qu’il fait aux hommes et femmes d’aujourd’hui, rendons grâce pour toutes les fidélités vécues au jour le jour dans la discrétion et parfois en traversant de grandes épreuves.

Dieu est là qui chemine avec nous, demandons-lui son Esprit de force et de conseil, et redisons-lui notre confiance et notre espérance.





Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    des pharisiens abordèrent Jésus
et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient :
« Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
    Jésus leur répondit :
« Que vous a prescrit Moïse ? »
    Ils lui dirent :
« Moïse a permis de renvoyer sa femme
à condition d’établir un acte de répudiation. »
    Jésus répliqua :
« C’est en raison de la dureté de vos cœurs
qu’il a formulé pour vous cette règle.
    Mais, au commencement de la création,
Dieu les fit homme et femme.
    À cause de cela,
l’homme quittera son père et sa mère,
    il s’attachera à sa femme,
et tous deux deviendront une seule chair.
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
    Donc, ce que Dieu a uni,
que l’homme ne le sépare pas ! »
    De retour à la maison,
les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
    Il leur déclara :
« Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre
devient adultère envers elle.
    Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre,
elle devient adultère. »
    Des gens présentaient à Jésus des enfants
pour qu’il pose la main sur eux ;
mais les disciples les écartèrent vivement.
    Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit :
« Laissez les enfants venir à moi,
ne les empêchez pas,
car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
    Amen, je vous le dis :
celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu
à la manière d’un enfant
n’y entrera pas. »
    Il les embrassait
et les bénissait en leur imposant les mains.

Mc 10, 2-16