Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

33 e dimanche ordinaire C – 17 novembre 2019

Mi 3, 19-20a ;2 Th 3, 7-12 ; Lc 21, 5-19

Aller à la source
L’Evangile de ce dimanche ne cache pas les malheurs et les bouleversements qui agiteront toujours notre monde : la réalité aura souvent de quoi nous effrayer, nous faire douter des promesses du Seigneur, promesses de paix et de vie... Jésus ne nous a pas dit que la vie de ses disciples serait un long fleuve tranquille, mais il nous a dit où puiser à la source de la paix et de la vie : cette source jaillit du cœur du Christ donné pour nous sur la Croix et nous y puisons chaque dimanche, le Jour du Seigneur, où il nous rejoint pour nous libérer des violences ou des peurs qui nous habitent.
Le Seigneur nous invite en particulier à répondre au fond de nous-mêmes à la question posée jadis à Caïn : qu’as-tu fait de ton frère ? . Il est si facile de blesser les autres par des paroles, des gestes, de simples regards ou des comportements dont nous ne nous rendons même pas compte qu’ils font du mal : les multiples souffrances qui agitent le monde aujourd’hui comme hier en sont le fruit. Le prophète Malachie nous disait tout à l’heure que ces attitudes arrogantes et destructrices brûleront un jour comme de la paille qui n’a pas de consistance.
Que faire donc pour bâtir un monde où se lève le Soleil de justice, où l’amour prenne vraiment racine et donne de multiples et belles branches, un monde qui se sera vraiment préparé à la venue du Christ ? Pour nous aider à mieux accueillir sa venue, Jésus nous invite au discernement, à la persévérance et au témoignage.

Discernement 
Au discernement tout d’abord : Même si nous constatons que les choses ne vont pas, ne crions pas trop vite à la catastrophe, à la fin du monde imminente, comme le font certaines sectes ! Les chrétiens ne doivent pas sombrer dans le pessimisme ni devenir des prophètes de malheur : commençons par agir là où nous sommes… en sachant d’ailleurs que ce sont avant tout les petits gestes accumulés qui changent le monde et lui évitent de périr. Les périodes difficiles sont aussi celles où est enfanté le royaume nouveau annoncé par le Christ.

Persévérance
Jésus nous appelle à la persévérance, tout simplement parce que, nous dit-il : je serai toujours avec vous . Pensons à tous les chrétiens qui ont été persévérants dans les goulags, les prisons et les camps de toutes sortes. En cela l’Eglise est pour nous mère de persévérance : elle « tient », même dans les moments les plus difficiles. Pour préparer cet enfantement d’un monde nouveau l’Esprit Saint est toujours au travail au milieu de nous. Je pense aujourd’hui à la persévérance de nos communautés chrétiennes qui se renouvellent insensiblement malgré le manque de prêtres et la diminution de la pratique. Des événements comme le dernier synode de ce diocèse ont des effets qui cheminent comme une nappe souterraine qui va faire jaillir des sources.

Témoignage
Au cœur de tout ce que nous pouvons vivre, épreuves ou moments plus heureux, Jésus nous invite aussi à devenir de vrais témoins. Nous sommes déjà témoins du Christ quand nous défendons la dignité de l’homme. Pensons à tous les témoins qui se sont engagés en Amérique latine pour que l’on respecte les paysans chassés de leurs terres, ou pour s’opposer à la loi de mort des trafiquants de drogue. Penons aux juges qui en Italie ont osé affronter la criminalité organisée et au silence de l’omerta.
Le témoignage auquel nous appelle le Seigneur, c’est plus profondément encore celui qui consiste à vivre de la Parole de Dieu et à savoir l’annoncer… Annoncer la Parole de Dieu dans un monde indifférent ou même hostile peut nous paraître difficile, mais Jésus nous a dit : Je vous inspirerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront opposer ni résistance ni contradiction . Autrement dit la parole que nous avons à annoncer n’est pas d’abord la nôtre ; elle est d’abord la Parole de Dieu, qui vient bouleverser le monde ! Le Pape François nous invite inlassablement à aller au-devant de notre monde pour y être des témoins audacieux de cette Parole qui seule peut changer le cœur de l’homme. N’ayons pas peur de dire notre foi, sachant que les hommes de bonne volonté sont en attente de notre parole. Ce que je vous dis dans l’ombre, dites-le au grand-jour ; ce que vous entendez dans le creux de l’oreille, proclamez-le sur les toits.

Orientations
 : A travers toutes nos attitudes, laissons brûler en nous le feu de la charité, celui de l’amour de Dieu et de tous nos frères. A chacun de se poser la question : l’eau vive puisée dans le cœur du Christ jaillit-elle de moi, de ma prière, de mon témoignage, pour mener les bons combats et faire reculer les peurs qui obscurcissent l’existence de tant d’hommes ? Ne vous effrayez pas dit Jésus, par votre persévérance vous obtiendrez et donnerez la vie : en ce jour qui est le mien, devenez mes témoins.


Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier