Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

3e dimanche de carême : 4 mars 2018 : Que nous veux-tu ?

Détournements Nous sommes habitués par les médias à entendre parler de détournements d’argent public, où l’intérêt personnel passe avant celui de tous ; cela peut arriver aussi dans un domaine religieux ! L’Evangile nous parle aujourd’hui d’un détournement fait dans le Temple lui-même : certains intérêts commerciaux ayant passé avant le but de ce lieu consacré à Dieu et à la prière. Dieu était alors en quelque sorte chassé de chez lui pour mettre l’argent à sa place ! En réagissant fortement contre les pratiques installées dans le Temple, Jésus ne condamne pas le commerce et les commerçants, ni même le fait de vendre des animaux pour les sacrifices : c’était en quelque sorte un service public. Jésus s’indigne de ce que le marché s’installe de plus en plus à l’intérieur du temple, dans la partie réservée à la prière et au silence. En même temps, les profits personnels que faisaient les vendeurs n’étaient pas toujours honnêtes : vendre pour la bonne cause, cela fait monter les prix ! Il y avait donc un nouveau culte qui s’installait : une sorte d’idolâtrie de l’argent.

Les détournements, les idolâtries, n’existent pas que pour l’argent : le Décalogue, ou les dix commandements, rappelés dans la première lecture, mettent le doigt sur tous les comportements fondamentaux qui nous « détournent » de Dieu et de notre prochain, et finalement dégradent notre humanité : les atteintes à la vie humaine, l’adultère, le vol, les faux témoignages, les convoitises non maîtrisées de la sexualité… En tout cela, les ruses de l’esprit du mal consistent à nous faire justifier toutes les dérives individuelles ou collectives.

L’indignation et ses risques

Le geste de Jésus renversant les tables des marchands nous étonne par sa violence. Pourtant Moïse s’était bien indigné quand il avait vu son peuple se mettre à adorer le veau d’or ! L’action spectaculaire de Jésus est aussi dans la ligne de tous les prophètes qui aimaient frapper les esprits par des actions symboliques et inhabituelles. Et puis le prophète Zacharie avait annoncé : « quand le Messie viendra il purifiera le Temple, et  un jour, il n’y aura plus de marchands dans le Temple ». Dans un autre contexte que le Temple, Jésus, dans la parabole du riche et de Lazare, se mettra en colère contre les riches qui ne voyaient même pas les pauvres mourant de faim à leur porte. L’amour que Jésus nous enseigne n’exclut pas l’indignation, surtout face à des comportements qui ferment aux humbles la porte du Royaume de Dieu. A la suite de Jésus, les chrétiens sont invités aussi à s’indigner contre l’injustice et à poser des gestes courageux en ce sens.

Jésus, qui a voulu prendre la place de toutes les victimes de l’idolâtrie, a été victime de ceux qui ne lui ont pas pardonné cette attitude (combien aujourd’hui encore subissent le même sort !). Au jour de sa Passion, c’est Jésus lui-même qui sera fouetté, chassé en dehors du Temple, de la ville et de la communauté humaine. A chaque fois que nous prenons un être humain pour un objet, le méprisons ou le manipulons c’est Dieu lui-même que nous chassons de notre cœur.

Le nouveau Temple

Dieu connait la faiblesse de notre cœur ; c’est pourquoi Il ne se contente pas de rappeler la loi avec fermeté : il ouvre toujours en même temps un chemin de miséricorde. Par exemple, quand Jésus voit la façon dont les gens se détournent de Dieu dans le Temple, il annonce une solution inouïe par sa nouveauté : désormais, le Temple, ce sera Lui. C’est le Christ Ressuscité qui, en vivant au milieu de nous et en nous, va nous faire découvrir par son Esprit un culte en esprit et en vérité ; il nous aidera en même temps à triompher de tous nos marchandages personnels ; il affinera petit à petit notre conscience.

Ainsi Jésus nous enseignera à prendre distance contre toute impureté, en disant qu’elle commence à germer dans le cœur et les regards avant d’être dans les actes. Il nous apprendra aussi à nous regarder nous-mêmes avant de juger les autres, comme dans la parabole de la femme adultère. Nous veillerons ainsi à pratiquer la justice et la vérité, dans un discernement où l’amour et la miséricorde du Seigneur seront à nos côtés

Quand Jésus avait appelé ses premiers disciples, ils lui ont demandé : « où demeures-tu ? ». Et Jésus leur a répondu « venez et voyez ». Ils vont découvrir progressivement que le nouveau Temple dont il parlait était bien Lui… avec l’Eglise, en chacun de ses membres. Jésus comparera aussi ce nouveau temple, non pas à un édifice de pierre, mais à une vigne dont tous les sarments se nourrissent de la vie du cep, la vie que le Christ nous donne.


Orientations : Dans la mesure où nous progresserons dans une véritable communion avec le Christ et entre nous, le nouveau Temple annoncé par Isaïe sera débarrassé de ses vendeurs et de toute tentation d’idolâtrie ;la garantie nous en est donnée par Jésus : « quand deux ou trois sont réunis en mon nom je suis au milieu d’eux ».




Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier