Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

Ascension – Jeudi 10 mai 2018

Je reviens vers vous

En cette fête de l’Ascension nous découvrons que le Christ ressuscité nous a quittés pour revenir vers nous dans un nouveau mode de présence : Jésus l’avait bien dit à ses disciples : je m’en vais et je viens vers vous. Il est là désormais, avec son Esprit, plus intime à nous-mêmes que nous-mêmes. En venant en nous et dans la vie de tout le peuple de Dieu, le Christ nous fait en même temps monter avec lui, par tout notre être, dans la vie de Dieu lui-même :c’est pour cela que le Fils de Dieu est descendu vers nous.  Aujourd’hui notre Seigneur Jésus-Christ monte au ciel, disait St Augustin,  que notre cœur y monte aussi.
Jésus a dit à ses disciples : ne restez pas là à regarder le ciel ! Le Royaume, la foi que nous vivons, n’est pas dans un « ailleurs » ou un « lendemain » incertain : avec l’aide de l’Esprit, ce Royaume est déjà au milieu de nous et, à la suite des apôtres, nous en sommes aussi les bâtisseurs, au cœur de notre monde. Cette mission est un signe de confiance et une responsabilité immense, mais Jésus rassure tous ses disciples d’hier et d’aujourd’hui en nous rappelant qu’il nous garde et nous soutient : Le monde aura beau nous bousculer, nous persécuter, nous faire croire que tout est perdu d’avance, soyons assurés que vous aurons toujours auprès de nous l’Esprit Saint, le défenseur qu’Il a promis.

Les pouvoirs reçus

Jésus nous rassure dans notre mission en nous transmettant de réels pouvoirs : en son nom, nous pourrons chasser les esprits mauvais ; c’est-à-dire que lorsque se manifestera le mal fondamental de la haine et de la violence, nous recevrons la grâce d’être des bâtisseurs de paix, capables de chasser la haine par la folie de l’amour. Alors que depuis Babel, les hommes n’arrivent plus à se comprendre, les chrétiens pourront inventer les langages nouveaux de la communion entre les personnes et les cultures ; ce sera la « mondialisation » de l’amour en quelque sorte ! Lorsque l’Eglise sera atteinte par le venin de la calomnie et de la dérision, par les propres péchés de ses membres aussi, elle en sortira finalement grandie et guérie, à la surprise de tous : l’amour et la miséricorde finissent toujours par être victorieux ! Les disciples de Jésus imposeront les mains aux malades, étant hier comme aujourd’hui, les premiers à venir réconforter les petits et ceux qui souffrent : ce sera notre joie comme elle a été et reste celle de Jésus.

Une joie contagieuse

Suivons le chemin des apôtres : dès qu’ils sont sortis du cénacle, la joie qui les habitait et les signes qu’ils faisaient bouleversaient beaucoup de gens, qui se faisaient alors baptiser. Dans un monde triste où le monde allait de violences en violences, ils ont eu à cœur de relever le défi incroyable de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Aujourd’hui encore, nous voyons combien les peuples nouvellement évangélisés sont habités par la joie, de même que nos communautés chrétiennes qui se renouvellent en devenant missionnaires. Nous sommes bouleversés quand nous voyons des chrétiens de Syrie, d’Irak ou d’ailleurs rester fidèles à leur foi : ces chrétiens nous encouragent en nous rappelant que la croix est toujours là, aube des résurrections de demain. En tout cela, la force promise par le Christ ne cesse de nous être donnée.
En quittant ses disciples, Jésus leur a dit : celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Oui nous sommes bien conscients de ce que le baptême nous a offert un extraordinaire chemin de salut : que l’Esprit Saint nous aide à y être fidèles. La phrase de Jésus parle aussi des refus de croire qui viennent de l’orgueil et de la mauvaise volonté. Beaucoup de gens dans le monde ne croient pas, ou sont dans l’obscurité de la foi : ils ne sont pas pour autant dans le refus de croire. Ainsi, dans nos pays, les jeunes générations n’ont pas entendu parler de Dieu et du Christ de telle façon qu’ils puissent l’aimer ; ils ont surtout entendu des remises en question de la foi et de l’Eglise. Des jeunes, visitant presque par hasard une église, ont dit soudain  pourquoi nous avait-on caché tout cela ? Si nous avons la joie d’avoir la foi, apprenons  à rendre compte de l’espérance qui est en nous. Seul l’Esprit Saint peut nous aider à être de vrais témoins en nous donnant de vivre nous-mêmes transformés par l’amour du Christ.

Orientations :
Prions pour que personne ne refuse la lumière et le salut offerts par le Christ et ne se condamne à la sclérose définitive du cœur. Heureusement Dieu est plus grand que notre cœur et il peut aussi compter sur notre témoignage pour aider le plus grand nombre à choisir la vie. N’oublions pas alors que le plus grand pouvoir remis entre nos mains par le Seigneur est celui de la prière pour ceux que nous aimons : « Seigneur, fais que tous aient un jour la joie de te connaître ».


Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier