Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

Sainte famille, Année C - 30 décembre 2018

1S 1, 20-22 ; 1 Jn 3, 1-2. 21-24 ; Luc 2, 41-52

Inquiétude de parents
Cette fête de la Sainte Famille est pour nous l’occasion de tourner notre regard vers les parents de Jésus, qui ont été pour lui les parents selon le cœur de Dieu, traversant épreuves et joies dans une foi de plus en plus profonde. Aujourd’hui, nous découvrons l’inquiétude de Marie et de Joseph, quand ils se sont aperçus de la disparition de Jésus. Ainsi, aux jours de l’adolescence de leur enfant, les parents de Jésus devront admettre humblement qu’ils n’ont pas tout compris encore du mystère de leur Fils. Je pense qu’il en sera également ainsi quand Jésus s’engagera dans sa mission : les plus proches de Jésus, même Marie, ont dû faire tout un chemin d’écoute dans la foi pour découvrir le sens de tout ce qu’il disait ou faisait. Jésus a dit à ses parents :   pourquoi me cherchiez-vous ?  ; comme il dira plus tard à ses premiers disciples :   que cherchez-vous ?  . Jésus, pour ses parents, pour ses disciples ou pour nous, fait à chacun le don de porter sans cesse plus loin son regard : Il dit à tous  venez et voyez . Dans la famille de Nazareth, Joseph et Marie devenaient de plus en plus disciples de Jésus, tandis que l’enfant, grandissant en âge et en sagesse, apprenait à vivre son humanité et se préparait à sa mission. C’était pour toute la sainte famille un chemin où l’épreuve devenait chemin révélation de son propre mystère. Jésus dira un jour aux disciples qui avaient commencé à le suivre : vous découvrirez des choses plus merveilleuses encore  !

Vivre les inattendus de Dieu
 Vous découvrirez des choses plus merveilleuses encore   : cette phrase de Jésus est le plus beau témoignage que pourrait léguer aujourd’hui la Sainte Famille à tous les foyers. Le couple de Nazareth leur confierait tout d’abord que les inattendus de la vie ne sont pas que des épreuves : vécus dans la foi, ils font grandir et ils ont toujours un lien avec le don total de soi, cette révélation que Jésus nous a faite du mystère de l’amour. Les imprévus de la vie, ce ne sont pas toujours de grands événements : c’est ce que chacun est et devient dans la vie quotidienne : c’est là que se joue la conversion du cœur de chaque membre de la famille, celui des parents comme celui des enfants. A Nazareth, la petite famille trouvera ses repères, jour après jour, dans une tendresse et une attention apprise à l’école du Seigneur. Le Pape François a écrit des mots qui nous surprennent : il faut faire la révolution de la tendresse , la tendresse qui vient de Dieu. Pouvons-nous parler de tendresse sans avoir appris à nous supporter mutuellement, dans la longue découverte quotidienne d’une patience aimante ? Pouvons-nous inventer une vraie tendresse sans une référence constante à la Parole vivante de Dieu, méditée et partagée ? Une tendresse à laquelle sont invités autant les enfants que les parents : Comment entendre mieux que dans la parole de Dieu cette phrase de l’Ecriture : Mon fils, soutiens ton père dans sa vieillesse, ne le chagrine pas, ne le méprise, pas toi qui es en pleine force . Et la tendresse des parents d’aujourd’hui c’est à la fois de protéger l’enfant ou le jeune non seulement de ce qui menace son corps, mais aussi de ce qui peut menacer son âme. La tendresse dont nous parle l’Ecriture est plus que l’émotion des sens, ou du moins elle donne à celle-ci sa mesure et sa vérité. L’amour au sein de la famille ne consiste pas à s’aimer soi-même en se voyant aimer, c’est aimer tout simplement, et chercher en cela, avant tout, le bien de l’autre. C’est ainsi que l’on s’aimait à Nazareth. Rappelons-nous alors que le livre de la Genèse nous dit que l’homme a été créé à l’image de Dieu ; et le récit de la Création précise en même temps, comme pour en donner tout le sens : homme et femme il les créa .

Orientation  : La relation d’amour qui s’établit dans le couple et qui dans sa fécondité s’étend à l’enfant, est fondée sur la relation qui exprime la vie de Dieu lui-même au sein de la Trinité. C’est le mystère où l’Amour, la Vie et la fécondité trouvent leur source en Dieu lui-même. A Nazareth la Sainte Famille est entrée dans ce mystère et nous le transmet.



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier