Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

Veillée Pascale, 31 mars 2018

Voici la lumière !

Au début de cette nuit, le cierge pascal attire tous nos regards, afin qu’à travers lui nous puissions dire notre foi dans le Christ Ressuscité. La lumière de la Vie divine est entrée en nous, elle vient nous transformer. C’est une lumière qui s’adresse à tout notre être , à notre intelligence et notre cœur : elle vient jaillir du plus profond de nous-mêmes. Jésus avait dit :Je suis venu allumer le feu sur la terre : comme je voudrais qu’il fût déjà allumé ! ». Depuis le bois de la Croix et dans la flamme de la Résurrection ce feu est allumé ! Il brille et nous réchauffe de l’intérieur en cette nuit pascale : avons-nous conscience que c’est un véritable feu qui vient traverser nos vies ?

Orientons notre regard vers le Christ qui nous éclaire de son visage. Ce ne sont pas seulement nos églises qui sont orientées vers le soleil levant : ce sont nos cœurs, nos communautés rassemblées qui tendent les mains pour accueillir la lumière du Seigneur qui se lève et vient vers nous au petit matin de ce jour. Aujourd’hui, le Christ est là et, malgré nos hésitations dans la nuit encore présente, rendons grâce à Celui dont nous savons qu’il a vaincu nos ténèbres : Il nous aidera à les vaincre définitivement, à commencer par l’obscurité de la mort désormais vaincue.

Rappelons-nous notre baptême

Regardons maintenant la cuve baptismale, là où des nouveaux chrétiens sont baptisés cette nuit : rappelons-nous que le baptême a été appelé, dès le début de l’Eglise, le  sacrement de l’illumination. L’eau du baptême nous rappelle aussi que Dieu lui-même s’est immergé dans notre condition humaine. L’eau est à la fois le symbole de la mort, de tout ce qui peut nous engloutir mais elle est aussi le symbole de la vie, qui surgit dans le monde, traversée par la lumière du soleil qui vient. Ces eaux pures, déjà annoncées par le prophète Ezéchiel, sont capables de transformer nos cœurs.

Tout à l’heure, nous avons rappelé, avec le texte de la Genèse, comment Dieu avait associé l’eau et la lumière dans le geste de la Création. Et nous avons vu comment il avait sauvé son peuple en le faisant passer à travers la mer ; ce peuple qui sera guidé dans le désert par la colonne lumineuse. Puis le prophète Isaïe nous a annoncé la naissance de la Nouvelle Jérusalem, toute rayonnante, qui ne serait jamais submergée par les tempêtes ; par le baptême nous devenons les pierres vivantes de cette nouvelle Jérusalem, l’Eglise : ces récits sont également ceux de notre propre histoire.


Résurrection 

Le mot qui est au cœur de notre foi est donc celui de « Résurrection ». Parfois nous nous étonnons de lire dans l²es sondages que des chrétiens ont du mal à croire en la Résurrection. Les disciples de Jésus ont rencontré la même difficulté et l’évangile nous dit qu’au matin de Pâques les femmes qui sont venues au tombeau ne savaient qu’en penser ; et les écoutant au retour, les disciples ont trouvé leur récit « délirant ». St Luc nous dit que Pierre est venu voir, et s’en est allé  lui-même, étonné.  

Pour croire, nous avons besoin de la grâce d’en haut. Ainsi, l’invitation de l’Ange a permis ceux et celles qui cherchaient Jésus de commencer à changer leur regard: «  ne cherchez pas le Vivant parmi les morts » ! Ne cherchons pas non plus le Christ dans ce qui est mort, en nous ou dans le monde ! Cherchons dans la vie de notre communauté chrétienne, dans les appels intérieurs que l’Esprit Saint fait se lever au-dedans de nous-mêmes. Si, depuis le baptême, nous cherchons personnellement et ensemble à devenir des vivants dans le Christ, nous le rencontrons dans la joie de la foi. Nous faisons alors l’expérience de l’éloignement progressif des forces obscures qui souvent cachent en nous le vrai visage du Christ ressuscité. Laissons-le nous rejoindre, laissons notre être véritable, notre être de fils, ressusciter dans les eaux de notre baptême. On comprend l’enthousiasme de St Paul, écrivant aux Romains : L’homme ancien qui est en nous s’en est allé sur la croix… désormais nous vivons pour Dieu, en Jésus-Christ. Et si nous sommes déjà en communion avec lui par une mort qui ressemble à la sienne , nous le serons encore plus par une résurrection qui ressemblera à la sienne». 


Orientations : Disons-nous les uns aux autres dans la joie, en cette nuit de Pâques, cette belle expression de notre foi : « Christ est ressuscité » !, elle est un secret qui est fait pour être divulgué ! Sur le Christ, la mort n’a pas pu refermer son étreinte : le voici, premier-né d’une multitude de frères, et un jour, tous ensemble, nous le verrons face-à-face, dans la lumière trinitaire. Demandons au Seigneur de nous donner pleinement ce don de la foi, en accoutumant déjà nos yeux aux réalités d’en haut.


Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier