Parole de Vie..   
Les homélies du Père François Nicolas

Homélie 30e dimanche A - 29 octobre 2017- Le grand commandement

Délicatesse du cœur

Interviewée par un journaliste une jeune femme sans domicile fixe disait récemment :  « des gens nous donnent parfois une petite pièce, mais le plus souvent, ils évitent de nous parler : ils veulent tranquilliser leur conscience mais ne cherchent pas à savoir qui nous sommes ". Je me demande si Jésus ne pourrait pas dire parfois la même chose : "tu me dis des prières, c'est bien, mais est-ce que tu essaies vraiment de m’écouter, de me connaître et de me parler en y mettant ton cœur ? ». Une autre personne de la rue disait encore au journaliste : " en les sollicitant, je fais tout pour être aimable et ne pas déranger les gens"… J'ai l'impression que la discrétion de Dieu ressemble un peu à cela… Il ne veut pas nous déranger, nous forcer, il n'attend que notre amour ; et Il nous invite à faire comme Lui. L'évangile d'aujourd'hui semble nous dire : plus nous aimerons vraiment Dieu, et plus nous aurons envie d’aimer notre prochain et inversement. L’important est de le faire en y mettant tout son cœur, toute son intelligence et toute sa bonne volonté : le « cœur » en cela nous rendra inventifs même si nous pensons n’avoir pas le temps de la prière ou de répondre à tel appel.

Economie sans visage ou de partage ?

Aujourd’hui tout le monde constate qu’il y a de plus en plus de laissés-pour-compte dans la société, et pourtant il y a de plus en plus de lois pour protéger les pauvres : ces lois incitent à plus de justice et de partage et tous sont censés les respecter. Mais finalement la presse nous révèle tous les jours que les lois sont contournées par l’égoïsme d’une économie sans visage, et par nos propres égoïsmes ; la raison : le cœur ne suit pas ! Heureusement il y a toujours - et même de plus en plus - des personnes qui « ont du cœur » et inventent de nouvelles formes de partage et de solidarité : ces personnes sont en train de faire naître le monde de demain, et ne se contentent pas de critiquer en étant assis devant la télé.

Jésus n’est pas venu abolir les lois mais leur redonner tout leur sens ; Il a remis les choses à leur juste place : la loi est faite pour l’homme, pour que nous devenions plus humains, pour nous ouvrir à un véritable amour de nous-mêmes et des autres ; elle est un souffle de vie qui fait naître des relations toujours nouvelles avec le prochain.

La vraie source

Beaucoup de paroles attribuées à Jésus dans l’Evangile, illustrent ce que Jésus dit de l’accomplissement de la loi : à la question «  Maître quel est le grand commandement » ? Jésus répond : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici quel est le second, qui lui est semblable : tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Cette phrase nous ouvre à une grande respiration et à une véritable libération en affirmant finalement que seul l’amour faite vivre (et est efficace !). En vivant cette loi d’amour nous découvrirons qui en est la source : elle est en effet le secret de la propre vie de Dieu, le débordement de sa vie intime. Au cœur de la vie trinitaire chaque Personne est infiniment le prochain de l’Autre. Nous découvrirons aussi que seul l’amour a pu nous créer, nous sauver et nous rendre frères : c’est le sens de l’extraordinaire révélation que le Christ a faite à Marie Madeleine au matin de sa résurrection : «  Va dire à mes frères que je vais vers mon Dieu et votre Dieu, vers mon Père et votre Père ». Dieu nous a aimés « comme » Il s’aime lui-même ; Il nous a aimés de tout son cœur, de toute son âme et de toutes ses forces en nous donnant sa vie en son Fils Jésus sur la Croix.

Pour nous, « aimer de tout notre cœur » est une invitation à dépasser notre sensibilité inconstante du moment. Ceux dont le cœur est fidèle savent dépasser les moments difficiles où le cœur superficiel n’y est plus ; ils puisent au fond d’eux-mêmes à la vraie source de l’amour.

L’autre expression : « aimer de toute son âme », pourrait nous rappeler que lorsqu’il s’agit d’aimer, notre intelligence doit s’associer à notre cœur. Si par exemple je passe un peu de temps pour étudier la Parole de Dieu, ou approfondir ma foi, je découvrirai des richesses insoupçonnées qui me donneront envie et la volonté d'aimer Dieu davantage. C'est pareil quand il s'agit de la charité envers le prochain : si je passe un peu de temps pour me former et être compétent, je serai encore plus efficace pour aimer vraiment mon prochain et je comprendrai mieux ce dont il a vraiment besoin.

Jésus nous montre aussi comment il est possible d’aimer « de toutes ses forces » : Il a trouvé la force de se donner jusqu'au bout sur la Croix parce qu'il a remis toute sa volonté entre les mains de son Père.

Il n'y a pas en tout cas à choisir entre l'amour de l'homme et l'amour de Dieu : ces deux façons d'aimer sont reliées à la même source de vie.

Pour terminer, prêtons attention à cette recommandation de Jésus : « aimez le prochain comme vous-mêmes »…: nous aimer vraiment nous-mêmes peut être difficile ; il faut alors nous rappeler que Dieu nous aime tels que nous sommes avec nos pauvretés ; Il nous demande seulement de lui faire confiance et nous faire découvrir jour après jour que l’amour qui vient de Dieu triomphe de toutes les pauvretés ; il nous apprend à mieux aimer les autres et à mieux nous aimer nous-mêmes.



Page précédente           Accueil site           Sommaire Paroles pour prier