La lettre
juin 2018 - nø 238

LETTRE MENSUELLE

de la Fraternité Spiritaine Esprit et Mission

12, rue du Père-Mazurié 94669 CHEVILLY-LARUE Cedex
fraternites.spiritaines@yahoo.fr

 

Edito

Une espérance pour toutes les nations et pour tous les jeunes
Quelle espérance pour les jeunes aujourd’hui ? C’est indirectement la question qui est posée dans la préparation du Synode 2018 sur « Les jeunes, la foi et le discernement des vocations » qui se tiendra à Rome en octobre prochain.
Je voudrais partager avec vous les résultats de cette préparation au niveau de la France car il y a des enjeux pour notre Église, mais aussi des questions sur le regard que nous portons sur les jeunes et la manière de faire appel à eux ou de participer à ce qu’ils peuvent organiser au niveau des paroisses comme au niveau des diocèses.

Voici donc quelques extraits de cette préparation. Une recherche spirituelle :
« Cette société mondialisée suscite chez des jeunes de plus en plus mobiles de la curiosité et une grande ouverture sur le monde, un désir de voyager, une capacité d’innovation et de créativité, une soif d’aventure et d’engagement mais aussi une quête de sens et, pour beaucoup, une vraie recherche spirituelle. » (p. 15)
 Parmi les défis à relever, je note : « Le défi (ou la question) de l’identité et de la construction de soi dans ses différentes dimensions (affective, sexuelle, culturelle, religieuse…) avec, de manière sousjacente, la question du bonheur (« réussir sa vie ») et l’enjeu de l’enracinement dans un paradigme actuel de mobilité, d’instabilité, voire de fragilité (notamment familiale) pour de nombreux jeunes. « La question de l’identité humaine et chrétienne, nous semble la plus importante du fait d’une société complexe. » (p. 15)
 Les attentes par rapport à l’Église « … On attend que le prêtre soit une personne disponible et proche. Par ailleurs, les jeunes attendent aussi de l’Église qu’elle donne un message d’espérance (notamment pour les non croyants).
« Ce que les jeunes demandent à l’Église, c’est avant tout qu’elle soit vraie et qu’elle ait un langage clair qui leur parle ; qu’elle soit en lien avec ce qu’ils vivent. » (p. 18)
« Que l’Église soit attirante et joyeuse et en même temps fidèle au message de l’Évangile et fière de ses exigences. Attente de relecture de vie et accompagnement spirituel. Les jeunes comptent sur l’Église pour les emmener vers les plus fragiles. » (p. 19)


 Quels espaces de participation à la vie de la communauté ecclésiale ?
« … Les jeunes aimeraient davantage participer à l’animation des messes, par l’animation musicale et liturgique des célébrations dominicales et par le service de l’autel. Beaucoup relèvent comme expérience ecclésiale marquante leur expérience de l’initiation ou leur participation à d’autres sacrements (eucharisties, mariages, baptêmes, etc.). » (p. 19) (Documents Episcopat n° 2/2018 : Synode 2018 : Les jeunes, la foi et le discernement des vocations)
Ces différentes observations nous invitent à réfléchir ensemble et personnellement sur notre rapport avec les jeunes en famille, en paroisse ou dans les associations auxquelles nous participons.
Il y a là un échange riche à vivre dans les relations intergénérationnelles. Que nous soyons nous aussi porteurs d’espérance auprès des jeunes, que nous puissions contribuer à leur croissance humaine et spirituelle et que nous puissions ainsi aider certains à discerner leurs vocations ou à les encourager dans leur choix de vie. Portons aussi dans la prière ce Synode d’octobre prochain.
Emmanuel Meaudre

Parole de Dieu :

Gal 3, 26-29
« …Vous avez revêtu le Christ. Il n’y a plus ni Juif ni païen, il n’y a plus ni esclave ni homme libre, il n’y a plus l’homme et la femme, car tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ-Jésus. Et si vous appartenez au Christ, c’est vous qui êtes la descendance d’Abraham ; selon la promesse, vous êtes héritiers. »
Dans ce message aux Galates, nous faisons nôtre ces versets : « En Jésus-Christ, nous sommes tous fils et filles de Dieu par la foi » (Ga 3, 26), car notre baptême nous a unis au Lui pour vivre en homme libre.
Mais il y a aussi toutes les femmes et tous les hommes qui ne sont pas baptisés et qui ne partagent pas notre foi. Voici ce que dit le Concile Vatican II à leur sujet : « … D’autres cherchent encore dans les ombres et sous des images un Dieu qu’ils ignorent ; Dieu n’est pas loin, puisque c’est lui qui donne à tous vie, souffle et toutes choses (Ac 17, 25-28), et puisqu’il veut, comme Sauveur, que tous les hommes soient sauvés (1 Tim 2, 4). » (Lumen Gentium n° 16)
Paul qui est proche de ceux qui vivaient chez les Galates voit la nécessité de leur ouvrir les yeux afin qu’ils apprennent à se libérer de la loi qui peut trier, classer, discriminer, avantager tel ou tel ou négliger d’autres personnes. En accueillant le message de la foi par le baptême et par le sceau du don de l’Esprit-Saint, s’ouvre en nous le chemin de l’Amour universel qui nous pousse toujours à aller au-delà des frontières. « Ne vous laissez pas voler l'espérance » : parole et sagesse du pape François.
Ces paroles qui nous invitent à veiller toujours sur nos coeurs et sur notre façon de vivre cette Espérance en nos vies.
Pour un baptisé qui s’attèle à marcher sur les traces de son Maître c’està- dire le Christ, cela va de soi. Mais si le baptisé se laisse aller à une vaine espérance, à l’heure d’épreuve, il y a un risque de tomber dans la désespérance. Vivre l’espérance, c’est se dire que tout ne s’arrête pas dans une situation difficile, mais avec le Christ, ressuscité, l’espérance engendre chaque fois la vie, la consolation, la paix, la joie et le bonheur en soi et autour de soi.
Soeur Marie Louise Biando

Libermann :

« Si on ne devait entreprendre dans l’Église que des choses faciles, que serait devenue l’Église ? Saint Pierre et saint Jean auraient continué leur pêche sur le lac de Tibériade, et saint Paul n’aurait pas quitté Jérusalem. Je conçois qu’un homme qui se croit quelque chose et qui compte sur ses propres forces puisse s’arrêter devant un obstacle ; mais quand on ne compte que sur notre maître, quelle difficulté peut-on craindre ? On ne s’arrête que lorsqu’on est au pied du mur : on attend alors avec patience et confiance qu’une issue s’ouvre ; puis on continue sa marche comme si rien n’avait été. Voilà comment ont fait saint Paul et les autres apôtres. » (1840, lettre à un séminariste - LS II p. 475 )

Soeur Eugénie Caps :

Faisons nôtre, cette prière extraite du Journal de Soeur Eugénie Caps ; qui découvre de plus en plus les profondeurs cachées de la confiance en Jésus.
« Coeur-Sacré de Jésus, j’ai confiance en vous. O cette confiance m’a-telle trompée ? Oh, non ! Vous m’aidez, vous me conduisez. Que ce soit écrit ici à votre gloire. Que celui qui toujours a invoqué votre Sacré-Coeur avec ferme et vraie confiance ne vous a jamais quitté sans être exaucé. » « Jésus, j’ai confiance en Vous, en votre amour pour moi. Vous m’aimez, et beaucoup, car l’amour envers moi, vous tient captif dans le très Saint sacrement de l’Autel ; je crois à votre amour pour moi ! Brûlez mon coeur d’amour pour Vous, que les flammes de Votre coeur atteignent aussi le mien. »

Annonces

Ordinations presbytérales :
Florian Renaud sera ordonné le dimanche 24 juin 2018 à 16 heures en la cathédrale de Reims. Il sera affecté à la province de Madagascar.
Wilfred Agyiga sera ordonné le samedi 28 juillet 2018 à 10 heures à Aliade, Etat de Bénoué (Nigéria). Il sera affecté en Province de France.
Nous prierons pour Florian et Wilfred, leurs familles et leurs provinces ainsi que pour tous les spiritains et les séminaristes qui seront ordonnés dans les mois qui viennent.

Retraite des Fraternités spiritaines Esprit et Mission :
Du mercredi 25 septembre à 17 h au dimanche 29 septembre 2018 à 9h à Allex (4, Montée de la Butte, 26400 ALLEX)
Renseignements : Mme Sabine TRENTESAUX
Mail : s.trentesaux@yahoo.fr
Réponse avant le 18 août 2018 au plus tard.