La lettre
février 2019 - nø 244

LETTRE MENSUELLE

de la Fraternité Spiritaine Esprit et Mission

12, rue du Père-Mazurié 94669 CHEVILLY-LARUE Cedex
fraternites.spiritaines@yahoo.fr

 

Edito

Le prophète Jérémie, Homme de la parole
Dieu parle. Il parle au jeune Jérémie qui n’est guère assuré dans sa parole. Le langage de Dieu à travers deux visions, expriment le sens de son intervention dans l’histoire; et qui permet au prophète d’exprimer sa confiance : N’aie peur de personne, je suis avec toi pour te libérer ! La parole du Seigneur s’adressa à moi." Jérémie nous raconte son histoire. Histoire d’une rencontre qui remonte loin, bien avant sa naissance. Cette rencontre se fait ici parole et vision
Homme de la parole : C’est d’abord Dieu qui parle et sa parole est constitutive : Celui qui s’adresse à Jérémie le connaît, l’a mis à part (consacré) de longue date, avant même qu’il ne soit conçu ! Jérémie reçoit une parole qui confère d’entrée de jeu une dimension d’intériorité à la vocation du prophète. Nul public ne vient troubler la rencontre, nul effet spectaculaire. C’est d’abord l’affaire de Jérémie et du Seigneur.
M-L B.

Parole de Dieu : L'appel de Jérémie (Jr 1,4-10) et notre appel aujourd’hui!

L'appel de Jérémie proprement dit commence au verset 4 avec une formule qui se répète aux versets 11 et 13 : « la parole du Seigneur me parvint ». La première expérience du prophète, c'est l'écoute de la parole de Dieu, contrairement à Esaïe (Es 6) ou Ezekiel (Ez 1 à 3) pour qui la première expérience est celle de la vision de la gloire de Dieu.
Dieu dit à Jérémie au verset 7 « tu diras tout ce que je t’ordonnerai » et au verset 9 « J’ai mis mes paroles dans ta bouche » ce qui rappelle Deutéronome 18,18 où Dieu dit à Moïse : « Je susciterai pour eux, parmi leurs frères, un prophète comme toi ; je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui ordonnerai ». Dieu prend la parole et exprime à la fois son affection pour Jérémie, mais aussi le destin auquel il a pensé avant même sa naissance : Jérémie sera un nouveau Moïse, un prophète, mais avec cette particularité d'être prophète « pour les nations ». Il y a le plan de Dieu pour la conversion du monde. Le Seigneur explique donc à Jérémie qu'il doit être prophète pour les nations et Jérémie comprend immédiatement de quoi il s'agit. Et encore à l'exemple de Moïse (Exode 3,1 à 4,17), il tente de se défendre, ou plutôt de se défiler en invoquant, non pas son âge comme certaines traductions le font penser, mais plutôt sa position sociale : je ne sais pas parler car je suis qu’un enfant. Or, pour Dieu, ce qui fait le destin de Jérémie, ce n'est pas son statut social ou religieux, mais la promesse : « je suis avec toi ».
C'est la même promesse qui avait été faite à Isaac (Genèse 26,24) et à Jacob (Genèse 28,15). Cette promesse est la même que celle qui nous est faite en tant que chrétien (Matthieu 8,18-20). Jérémie doit s'abandonner à faire confiance : Dieu le protégera si Jérémie fait ce pour quoi il est fait. Et s'il est un prophète, son outil est la Parole de Dieu. Avec cet outil il va pouvoir déraciner, démolir, faire disparaître, raser une mauvaise vision de Dieu dans le cœur du peuple, puis bâtir et planter une nouvelle vision (Jr 31,33-34) : Moïse fut le premier prophète d'Israël, Jérémie sera le dernier de cette ère pendant laquelle l'infidélité a prédominé (Jr 11,6-8).
« Seigneur, tu m’as séduit et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi ».
Comment une parole, qui assume la séduction, nous apprenons par-là que l’amour pour Dieu et la passion pour sa Parole s’enracinent même où sont ancrés les amours et les passions humaines. La pensée biblique ne nie pas le désir, mais elle veut le porter tout au contraire à son maximum. Là où le désir de l’homme se fait passion d’être transformé en sa Miséricorde, à la suite du Christ, vivante image du Dieu très saint.

Questions pour un partage :

- A quel homme ou femme de la bible vous compareriez-vous ?
- A quoi pensez-vous que Dieu vous appelle ?
Quelle est, ou quelles sont, les missions que Dieu voudrait vous confier ?
Êtes-vous en train de les accomplir ou attendez-vous de vous en sentir « capables » ?
- Quelles sont les ressemblances entre la mission de Jérémie et la vôtre ?

Libermann :

‘M. Drach me trouva une place au collège Stanislas et m'y conduisit. Là on me renferma dans une cellule, (…) et on me laissa seul. Ce moment fut extrêmement pénible pour moi. La vue de cette solitude profonde, de cette chambre où une simple lucarne me donnait du jour; la pensée d'être si loin de ma famille, de mes connaissances, de mon pays, tout cela me plongea sans une tristesse profonde : mon cœur se sentit oppressé par la plus pénible mélancolie. C'est alors que, me souvenant du Dieu de mes pères je me jetai à genoux et je le conjurai de m'éclairer sur la véritable religion. Je le priai, si la croyance des chrétiens était vraie, de me le faire connaître, et si elle fausse, de m'en éloigner tout aussitôt. Le Seigneur qui est près de ceux qui l'invoquent du fond de leur cœur, exauça ma prière. Tout aussitôt je fus éclairé, je vis la vérité : la foi pénétra mon esprit et mon cœur.’- (Récit de la conversion de Libermann en 1826 par le P. Gabon, en ND 616 ss.)

Soeur Eugénie Caps :

Jésus, je tiens ferme à ma vocation, oui, je ferai ce vous voulez; faire en tout votre très sainte volonté pour faire en cela votre bon plaisir. (En 1918)
Et à Catherine Frentz en1927, elle écrit : Nous sommes appelées à continuer l’œuvre de Jésus. Nous devons donc vivre d’une vie profondément surnaturelle, une vie d’abnégation totale. Oui, soyons unies à Dieu, ne voulant en toutes choses que son unique bon plaisir.

Le Pape nous dit :

« La vie consacrée naît et renaît de la rencontre avec Jésus tel qu’il est : pauvre, chaste et obéissant. Il y a une double voie qu’elle emprunte : d’une part l’initiative d’amour de Dieu, d’où tout part et à laquelle nous devons toujours retourner ; d’autre part, notre réponse, qui est la réponse d’un amour authentique quand il est sans si et sans mais, quand il imite Jésus pauvre, chaste et obéissant. Ainsi, tandis que la vie du monde cherche à accaparer, la vie consacrée renonce aux richesses qui passent pour embrasser Celui qui reste. La vie du monde poursuit les plaisirs et les aspirations personnelles, la vie consacrée libère l’affection de toute possession pour aimer pleinement Dieu et les autres. La vie du monde s’obstine à faire ce qu’elle veut, la vie consacrée choisit l’obéissance humble comme une liberté plus grande. Et tandis que la vie du monde laisse rapidement vides les mains et le cœur, la vie selon Jésus remplit de paix jusqu’à la fin, comme dans l’Évangile, où les anciens arrivent heureux au soir de leur vie, avec le Seigneur entre les mains et la joie dans le cœur ». (Extrait de l’homélie du pape François en 2018 pour la vie Consacrée 2018)

12 rue du Père Mazurié
94550 CHEVILLY-LARUE
Fraternités.spiritaines@yahoo.fr