Éditorial

Editorial


Je résiste donc je crois…
Je crois donc je résiste…


La dynamique évangélisatrice se déploie bien souvent dans des mondes traversés et travaillés par une multiplicité des systèmes de pensées et de valeurs. Cette pluralité qui, dans certains cas, tourne à une remise en cause de soi par soi-même ou par autrui ne va pas sans poser au missionnaire la question de sa propre fidélité au message qu’il annonce. Dans ce bouillonnement, l’attachement aux engagements origi­nels peut revêtir la forme d’une résistance aux tendances ambiantes et aux mouvements émergents. Il faut cependant reconnaître que la volonté de promouvoir l’Évangile contre vents et marées peut s’accom­moder d’attitudes, à dire vrai, antiévangéliques.


Dans ces conditions, lorsque croire en Jésus-Christ revient littéralement à résister, comment mener cette action de manière authentiquement chrétienne ? Cette interrogation se situe au centre de la réflexion du présent dossier. Sa matière est tissée de deux fibres qui articulent message biblique et situations socio-ecclésiales actuelles traversant diverses cultures et zones géographiques.


Selon Frédéric Rossignol, dans l’univers vietnamien à la fois bouillonnant d’initiatives et sensible à l’harmonie, cette attitude se retrouve dans la patience de l’Église envers un régime politique pas toujours enclin à la promotion de la liberté religieuse et des droits humains. Cependant, la résistance à cette situation et, partant, la fidélité à l’héritage des martyrs locaux, passe par la formation des consciences.


Wilfrid Okambawa propose une remontée aux sources bibliques de la résistance chrétienne à travers une exégèse de Rm 12, 2. L’exhortation formulée par ce verset s’inscrit dans la tradition prophétique qui, profes­sant un recentrage radical sur Dieu, se tient à égale distance de l’agressivité et de la compromission.


Appliquant le thème du dossier à la situation actuelle des chrétiens en Irak, Yousif Thomas Mirkis estime que, dans une société fragilisée par une profonde crise multiforme et sur fond d’intolérance islamique, le défi majeur du résistant chrétien consiste à exclure la solution facile d’une fuite en Europe.


Du côté africain, on observe la recrudescence d’un phénomène syncré­tique : des groupes, qui mélangent les pratiques des mouvements ésotériques occidentaux aux coutumes héritées des sociétés secrètes traditionnelles du continent, exercent une véritable mainmise sur les institutions étatiques. Dans ce contexte, pour Ludovic Lado, la résistance rime avec la vigilance face à l’esprit de lucre et l’appui à une laïcité authentique.


Envisageant cette résistance socio-spirituelle dans le prisme des réalités contemporaines de la France, Jean-François Petit articule situation histo­rique et figure symbolique. Il part de l’expérience d’Emmanuel Mounier pendant la Seconde Guerre mondiale et aboutit aux mouvements tels que « Nuit debout » et celui des « Veilleurs » pour affirmer que résister, c’est oser un humanisme novateur en dépit des oppositions.


Ces articles comportent au moins une double pertinence. D’une part, ils font découvrir, par des témoins directs, nombre d’aspects caractéristiques des sociétés actuelles dans leurs diversités. D’autre part, on y trouve matière pour nourrir notre réflexion sur les situations des chrétiens sérieusement éprouvés par divers types de crises. Ainsi, ce dossier offre quelques éléments pour comprendre des visages du christianisme aujourd’hui.
Si ces réflexions, bien enracinées dans les expériences concrètes des peuples et des communautés chrétiennes, pouvaient nourrir notre double écoute des cris du monde et des appels de l’Évangile…

, Elvis Elengabeka

Page précédente           Site spiritain